netanyahu-davidben

Laos signifie le Peuple de DIEU, la Nation prise dans son ensemble. C'est du mot grec LAOS que vient le mot Laïque. Seul le Peuple est souverain. Il est temps de réunir ceux qui veulent redonner le Pouvoir au Peuple de Dieu et au Libre Arbitre des Hommes. (ce Blog non professionnel, ne fait pas appel à la publicité ni à des subventions pour exister , il est gratuit et tenu par des bénévoles).

WWIII : David Ben Sanlesous vient de tuer Benjammin NETANYAHU le 17 Mai 2018 avec un lancé de grenade époustouflant visant la Knesset et tombant pile sur le bureau de Netanyahu, Bibi a été touché au Cœur, bien qu'on n'ait jamais retrouvé son organe.

Publié le 16 mai 2018 par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : David Ben Sanlesous, citoyen Gazaoui, vient de tuer Benjammin NETANYAHU le 17 Mai 2018 avec un lancé de grenade époustouflant visant la Knesset et tombant pile sur le bureau de Netanyahu, Bibi a été touché au Cœur, bien qu'on n'ait jamais retrouvé son organe. 2018 serait l'année d'effacement d'Israël selon Sputnik et NOSTRADAMUS, médecin à Montpellier, qui a laissé un ouvrage inédit à Laosophie, acheté à la salle des ventes de Montpellier, ce sur quoi nous l'avons amplement remercié dans son époque.(voir en fin de page). Nous avons déjà eu l'occasion de parler des allées-venues du Christ dans la région et notamment sur le Pic Saint Léon, Pic Saint et sacré, nommé promontoire par le Pape Saint Léon le Grand, afin de se promouvoir vers DIEU. "Apicem, promontorium"

David était dans sa chaise roulante à des km de Jérusalem, et pourtant le Prophète Jésus-Christ, fils de D.ieu, lui a permis une trajectoire digne d'un exploit Olympique encore jamais atteint, et devant ce miracle, il n'a même pas pensé à demander comme le Paralytique, des jambes toutes neuves et de marcher comme si de rien n'était, il continue à suivre le Christ en poussant sur ses roues, et comme tous les Juifs présents lors de cet exploit, il a compris qu'il n'y avait plus de Peuple Elu, plus d'Arabes affiliés à DAESH, plus de Catholique derrière un PAPE FRANC-MACON, mais une fraternité entre tous les Chrétiens, Juifs et Arabes, tous réunis derrière Jésus-Christ, avec le message du Nouveau Testament, qui donne la nouvelle alliance avec D.ieu, que l'on appellera désormais DIEU UNIQUE DANS L'INFINI DES CIEUX, sans qu'il soit accompagné d'ALLAH, qui n'a jamais dit vraiment qui il était, ni du GRAND ARCHITECTE PAÏEN, qui lui a servi de Scribe, ni de BOUDDHA ou d'une quelconque divinité du NOUVEL ORDRE MONDIAL qui ne serait que SATAN-LUCIFER-THOT.

David a tué NETANYAHU la Bête immonde, sans rage, sans désespoir, sans remords, simplement parce qu'il ne se considérait pas comme un sous-homme, mais comme un homme ayant pleinement l'intégralité des facultés de sa pensée, de ses choix, de son Libre Arbitre, de l'Amour qu'il porte à son prochain, et du miracle que DIEU apporte à ceux qui sont justes et bons, pour bien leur montrer qu'il est avec eux, et qu'il est la seule voix vers le Père, DIEU UNIQUE ET TOUT PUISSANT TEL QUE LE DECRIT LE NOUVEAU TESTAMENT ainsi que les écritures anciennes, dont Jésus Christ n'a fait qu'appliquer la Loi de Moïse, et de la renforcer par le NOUVEAU TESTAMENT pour qu'elle devienne la LOI DES JUIFS, DES ARABES et DES CHRETIENS. Tout récemment DIEU s'est adressé au plus JUIF des JUIFS pour lui annoncer que le Sauveur ou Mashia'h n'était autre que JESUS CHRIST, celui que le SANHEDRIN avait torturé il y a 2000 ans puis exécuté par l'intermédiaire des forces de l'Ordre Romain de l'Epoque.

David sait que sa Religion l'ISLAM DES LISSES LAMES, va être abandonnée, comme la religion Juive de la TORAH.

Le Nouveau Testament indique que Jésus a contracté une nouvelle Alliance entre lui et son peuple (Hébreux 8 ; interprétation chrétienne de Jérémie 31:31-34), et que dans celle-ci, il est dit que la Torah est gravée sur le cœur de l'individu. La Torah a tellement évoluée qu'elle accepte la théorie de l'évolution et finit par rejeter Jésus-Christ, comme un Messie qui promet de venir, mais comme les Juifs l'ont crucifié et qu'ils ne croient pas en la résurrection, il est prévu à la fin des temps, de façon à rendre impossible son retour, et matériellement ils ont laissé la porte Dorée de Jérusalem fermée depuis l'apparition de l'Islam, quand ces deux religions se sont entendues pour qu'il ne vienne pas troubler leurs commerces et leurs influences. Il y a une Torah de l'Alliance avec D.IEU et les Juifs en reste à cette Alliance, en ayant la volonté de tuer un fils qu'ils ne reconnaissent pas comme un DIEU, faisant partie intégrante du Père avec l'Esprit Saint.

La Torah ou Thora (en hébreu תּוֹרָה, « instruction » ; en grec ancien ΝόμοςNomos –, « Loi »1) est, selon la tradition du judaïsme, l'enseignement divin transmis par Moïse (תּוֹרַת־מֹשֶׁהTōraṯ Mōshe) au travers de ses cinq livres (hébreu : חמשה חומשי תורהḤamishā Ḥoumshē Tōrā) ainsi que l'ensemble des enseignements qui en découlent.

Elle est composée de cinq livres désignés en hébreu par un des premiers mots du texte et traditionnellement en français : la Genèse (Berēshīṯ : Commencement), l'Exode (Shemōṯ : Noms), le Lévitique (Wayyiqrā' : Et il appela), les Nombres (Bamiḏbar : Dans le désert), le Deutéronome (Devarim/ Deḇārīm : Paroles).

La Torah sert de charte historique et doctrinale au judaïsme orthodoxe. Elle contient, selon la tradition juive, 613 commandements et comporte, outre la composante écrite (hébreu : תורה שבכתב, Tōrā sheBikhtāḇ : « Torah écrite »), une dimension orale (hébreu : תורה שבעל פה, Tōrā sheBeʿal Pe : « Torah orale »), ultérieurement compilée dans le Talmud et la littérature midrashique.

Le christianisme appelle Pentateuque les livres traditionnellement attribués à Moïse, terme d'origine grecque Πεντάτευχος qui signifie « Les cinq livres ». Il les reconnaît comme faisant intégralement partie des Écritures canoniques ("Ancien Testament"), bien qu'il en ait partiellement abandonné les préceptes rituels et qu'il ne reconnaisse pas d'autorité aux enseignements rabbiniques. Le christianisme soutient en effet que le message du Christ diffusé par le Nouveau Testament conduit à l'accomplissement de la Torah (Matthieu 5, 17-20), désormais objet d'une observance intériorisée et d'une interprétation allégorique, comme l'attestent les écrits de Paul de Tharse dès le milieu du Ier siècle (Première épître aux Corinthiens).

La Torah est aussi reconnue par l'islam, selon lequel elle aurait cependant été falsifiée.

La Torah fut, selon la tradition, dictée à Moïse par Dieu sur le Mont Sinaï. Pour les juifs, elle a traditionnellement été acceptée comme telle : la parole littérale de Dieu au peuple juif tout entier au mont Sinaï.

Toutefois, cette affirmation est remise en cause dès le XIIe siècle, notamment par certains érudits et philosophes comme Isaac ibn Yashush, Maïmonide et Abraham ibn Ezra, qui dressent la liste des « post-mosaica » - textes ou éléments rédigés après l'époque mosaïque - sans remettre pour autant en cause la tradition reçue. Cependant le premier à rejeter l'idée que Moïse a écrit les cinq livres est Andreas Bodenstein (1486-1541), un théologien protestant qui examine aussi dans son ouvrage la possibilité qu'Esdras soit le véritable auteur du Pentateuque pour finalement la repousser. Le pas est franchi par Baruch Spinoza, dans son Tractatus theologico-politicus où il souligne l'unité organique entre la Torah et les livres « historiques » (de Josué aux Rois), et en attribue la rédaction à Esdras.

Aujourd'hui, après avoir connu un consensus dans les années 1970 autour de l'hypothèse documentaire, diverses autres théories ont refait surface pour expliquer l'origine de la Torah, dont la théorie des fragments et la théorie des compléments. Malgré leurs divergences, ces théories s'accordent toutefois sur le fait que la Torah est une collection de textes mis en commun par des scribes autour de la période de l'exil et après. La publication de cette littérature de compromis, qui ne cherche pas à gommer les divergences des options théologiques, peut se comprendre comme la mise en place d'une matrice identitaire du judaïsme naissant, une réponse aux changements politiques, économiques et religieux auxquels celui-ci se trouve confronté.

La critique radicale biblique reçoit peu de soutien chez les Juifs orthodoxes. La critique des livres bibliques hors la Torah (Neviim et Ketouvim) est tolérée, quoique d'un mauvais œil, mais l'appliquer à la Torah elle-même est considéré comme erroné, voire hérétique. L'hypothèse documentaire, combattue par l'érudit Umberto Cassuto, a cependant fait l'objet de commentaires du Malbim et du Rabbin Samson Raphael Hirsc.

Le Sefer Torah (en hébreu: ספר תורה - « livre [de] Torah » ou plus exactement rouleau de Torah (pluriel : Sifrei Torah) est une copie manuscrite de la Torah (ou Pentateuque), le livre le plus saint et révéré du judaïsme. Les conditions standard dans lesquelles il est réalisé sont extrêmement strictes et uniquement livrées à des scribes professionnels ou Sofrim. Une fois réalisé, il est entreposé dans l'endroit le plus saint de la synagogue, l'Aron Kodesh (« Arche sainte », en référence à l'Arche d'alliance), une armoire généralement ornée de tentures brodées, ou une section orientée vers Jérusalem, qui est la direction vers laquelle prient les  JUIFS.

Selon les juifs rabbanites, descendants des Pharisiens, et dont les juifs orthodoxes maintiennent fidèlement l'idéologie, une loi orale (Torah SheBe'al Pe) fut donnée au peuple en même temps que la Loi écrite (Torah SheBeKtav), ainsi que le suggèrent de nombreux versets, notamment Ex 25,40. Il s'agissait probablement à la base, outre d'explications quant aux prescriptions, de paraphrases orales du texte, explications d'un tel mot, discussion autour de telle idée dans tel verset, mais en tout cas intimement liée à la loi écrite, et la complétant : de nombreuses notions ne sont pas clairement définies dans le texte. Ce souci de se remémorer les paroles des maîtres alla de pair avec une scrupuleuse exactitude dans le respect et l'application des lois.

Ce matériel parallèle fut originellement transmis à Moïse depuis le Sinaï, et de Moïse à Israël oralement. Dans le souci de maintenir le judaïsme dynamique et d'éviter les mésinterprétations, il était interdit de consigner les traditions orales. Cependant, devant l'accumulation de matériel, les divergences d'interprétations, qui tenaient parfois à des nuances infimes d'une part, et d'autre part la destruction de la Judée par les Babyloniens, le haut taux d'assimilation, etc., l'interdit fut levé, lorsqu'il devint évident que l'écriture devenait le seul moyen de préserver l'héritage oral des Anciens.

Le premier à systématiser les lois en catégories, fut Rabbi Akiva. Son disciple Rabbi Meïr y contribua grandement. Toutefois, le gros du travail est le fait de Rabbi Juda Hanassi, qui acheva cette compilation, et la nomma Mishna (« Répétition »). Les traditions non incluses dans la Mishna furent consignées comme Baraïtot ([enseignements] « extérieurs ») ou dans la Tosefta (« Supplément »). Des traditions plus tardives furent également codifiées comme Midrashim.

Au cours des quatre siècles qui suivirent, ce petit corpus de lois et enseignements éthiques suffit à fournir les signes et codes nécessaires pour permettre la continuité de l'enseignement des traditions mosaïques, tout en maintenant leur dynamisme, et leur transmission aux communautés principalement dispersées entre Babylone et la terre d'Israël (devenue la province romaine de Syria Palestina).

Toutefois, les circonstances historiques contraignirent les communautés galiléennes d'abord, babyloniennes ensuite à compiler le corpus de commentaires de la Mishna, dont les allusions, leçons, traditions, etc. synthétisées en quelques centaines de pages furent développées en milliers de pages, appelées Guemara. Important changement, alors que la Torah et la Mishna sont rédigées en hébreu (bien que l'hébreu mishnaïque ne soit plus pareil à l'hébreu biblique), la Guemara l'est en araméen, ayant été compilée à Babylone. La notion de Guemara est à peu près équivalente à celle de Talmud en hébreu, terme bien plus connu.

Deux « versions » du Talmud existent, le Talmud de Babylone et celui de Jérusalem, en réalité le résultat des compilations des discussions tenues dans les académies babyloniennes d'une part et galiléennes de l'autre. Le Talmud de Jérusalem ayant été terminé à la hâte, sous la pression des circonstances historiques, deux siècles avant celui de Babylone, c'est ce dernier qui fait autorité lorsque les deux se contredisent (y compris deux versions différentes de l'enseignement d'un Rabbi).

Les juifs pratiquants (rabbanites) suivent les explications traditionnelles de ces textes. Les Karaïtes, eux, ne suivent que la Miqra, c'est-à-dire la Torah.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou est mort sans fleurs ni couronnes, comme un paria Sioniste, sans clochette, pour ne pas passer pour un Riche et pour avoir une chance de s'exprimer auprès de SATAN LUCIFER qui ne garde que ses âmes, et voir s'il peut atteindre le CIEL DES DAMNES, afin de s'explique sur un PEUPLE ELU qu'il a conduit aux ENFERS.

Il faut dire pour NETANYAHU, qu'il avait sur la conscience, organe qui lui fait également défaut, la mort de plus de 60 Gazaouis, et plus de 2000 blessés par balle, dont les tueurs Sionistes se réjouissent et paie très cher cet abattage organisé et cette chasse privée, qui fait dire à l'Armée de Tsahal, qu'il pourront tuer du GAZAOUI, comme des poules dans une basse-cour sans jamais être inquiété, comme tous les voleurs Sionistes qui pillent la France avec la Taxe Carbonne à hauteur de 5 Milliards sans jamais rien récupérer

DAVID viendra comme tous les Pèlerins qui le désirent, le 21 Juillet 2018, à l'Eglise Antique de Saint Bauzille de Montmel, au PIC SAINT LEON LE GRAND, pour toucher la demeure de l'Apôtre des Apôtres MARIE-MADELEINE, femme du CHRIST, et EGLISE PRIMORDIALE DE JESUS-CHRIST, afin de trouver la FOI CHRETIENNE DES PREMIERS JOURS avec le CHRIST et d'avoir la chance d'aller vraiment au PARADIS après sa mort physique, alors que tant d'EGLISES, ne le promette plus, car l'Apostasie a gagné ces Eglises, et elles savent que seuls, les damnés de la Terre, pourront avec elles aller en Enfer. Pour sa part Vladimir Poutine renouvelle par son second diplomate Russe en France Artem Studennikov, son désir d'être présent à Saint-Bauzille de Montmel le 21 Juillet 2018 au Pic Saint Léon, si le visa pour ce jour là est accordé, il viendra directement à l'aéroport de Fréjorgues et sera conduit sur le site grâce à un hélicoptère de l'Armée Française et escorté par d'autre hélicoptères de l'armée, qui pour la seconde fois sur ce site, a demandé l'autorisation d'effectuer des manœuvres.

Benjamin Netanyahou, né le 21 octobre 1949 à Tel Aviv, était un homme politique israélien. Il est décédé le 17 mai 2018, à l'âge de 68 ans.

La disparition inattendue du Premier ministre israélien a déclenché une importante vague d'émotion en Israël et dans le reste du monde.

Jésus et la Torah

Bien des religions existent, bien des querelles intestines existent au sein même de l’assemblée du Seigneur mais quels sont les fondements de La Vérité ?

(Jésus) et La Torah !

Certains ont abandonné La Torah du Dieu d’Israel et disent suivre (Jésus), d’autres prétendent suivre La Torah sans (Jésus) ! Mais ces deux faits sont impossibles.
On ne peut pas dissocier La Torah de Dieu car La Torah Est Dieu ! Elle Est ce que Dieu pense, Elle Est ce que Dieu considère entre le bien et le mal.
On ne peut pas non plus dissocier la Grâce de Dieu, car Dieu fait toujours miséricorde et la Grâce a été manifestée par Dieu de manière absolue en La Personne de (Jésus) Dieu fait homme ! Le Messie deDieu Son Envoyé !

Enlever La Torah, c’est enlever Dieu !
Enlever (Jésus), c’est enlever Dieu !

Cessez d’écouter les vains discours de certains rabbins, de certains pasteurs, de certains prophètes qui vous conduisent en dehors des chemins de La Torah de Jésus, cessez de suivre des doctrines inventées par les hommes !

Suivez Jésus, La Torah de Dieu faites chair !
Si vous délaissez Jésus) vous délaissez Dieu car Jésus a donné La Torah à Moïse ! Si vous délaissez Jésus vous délaissez La Torah et si vous délaissez La Torah, vous délaissez Jésus et Sa Grâce en Son Sacrifice !

Jésus a prit la condamnation de La Torah de Dieu sur Lui à la croix à notre place mais Il n’a pas aboli La Torah, Il l’a accompli ! Donc lorsqu’il nous arrive de transgresser La Torah de Dieu et que nous demandons pardon à Dieu en passant par Son Fils condamné à notre place, Dieu peut nous pardonner nos fautes car conformément avec La Torah de Dieu, il n’y a pas de pardon sans aspersion du sang. Sans Jésus nous sommes condamnés aux yeux de Dieu car nul n’est bon devant Dieu, tous ont enfreint au moins une fois La Torah de Dieu d’une manière ou d’une autre car La Torah de Dieu est exigeante pour notre nature pécheresse.
Sans Jésus il n’y a pas de salut.

Jean 5.46
Jésus a dit : Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi.

Hébreux 10:28-31
Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins;
de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce?
Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple.
C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant.

On sent bien que certains au sein de l’Assemblée du Seigneur essayent de nager à la surface des eaux troubles que sont les différents enseignements qu’ils reçoivent de toute part, certains coulent, d’autres boivent des tasses. Le Seul qui peut les sauver de la noyade Est Jésus Lui-Même. En se laissant porter par Lui, alors Lui le Messie , Le Rocher de Moïse nous guide dans La Lumière de Sa Torah, La Torah du Dieu Eternel, Seule boussole dans ce monde déboussolé.

Jésus le Messie est dans tous les livres de l’Ancien Testament… Rien de surprenant puisqu’il est lui-même la Parole faite chair ! (Jn 1 :14)

– Dans la Genèse Il est la « semence de la femme »,

– Dans l’Exode Il est « L’Agneau Pascal »,

– Dans le Lévitique Il est notre « Grand Sacrificateur »,

– Dans les Nombres Il est « La colonne de nuée le jour et la colonne de feu la nuit »,

– Dans le Deutéronome Il est le « Prophète selon Moïse »,

– Dans Josué Il est le « Capitaine de notre salut »,

– Dans les Juges Il est notre « Juge et Législateur »,

– Dans Ruth il est notre « Rédempteur ayant droit de rachat »,

– Dans 1. et 2. Samuel Il est notre « Prophète de confiance »,

– Dans les Rois et les Chroniques Il est notre « Roi qui règne »,

– Dans Esdras Il est notre « Scribe fidèle »,

– Dans Néhémie Il est le « Rebâtisseur des murailles en ruines » de nos vies en détresse,

– Dans Esther Il est notre « Mardochée »,

– Dans Job Il est notre « Rédempteur éternel »,

– Dans les Psaumes Il est « L’Eternel notre Berger »,

– Dans les Proverbes et l’Ecclésiaste Il est notre « Sagesse »,

– Dans le Cantique des Cantiques Il est le « Bien-aimé et l’Epoux »,

– Dans Esaïe Il est le « Prince de la Paix »,

– Dans Jérémie et les Lamentations Il est notre « Prophète qui pleure »,

– Dans Ezéchiel Il est « L’Homme merveilleux aux quatre visages »,

– Dans Daniel Il est le « Quatrième homme dans la fournaise ardente »,

– Dans Osée Il est « L’Epoux éternel »,

– Dans Joél Il est « Celui qui baptise du Saint-Esprit »,

– Dans Amos Il est « Celui qui porte les fardeaux »,

– Dans Abdias Il est « Notre Sauveur »,

– Dans Jonas Il est le grand « Missionnaire étranger »,

– Dans Michée Il est le « Messager aux pieds merveilleux »,

– Dans Nahum Il est notre « Vengeur »,

– Dans Habakuk Il est « L’Evangéliste » plaidant pour un réveil,

– Dans Sophonie Il est « Le Héros qui sauve »,

– Dans Aggée Il est le « Restaurateur de l’héritage perdu »,

– Dans Zacharie Il est « La Source jaillissant pour la Maison de David pour effacer leur péché et leur souillure »,

– Dans Malachie Il est le « Soleil de Justice qui porte la santé dans Ses rayons ».

Il est aussi (bien entendu) dans le Nouveau Testament !

La Loi et la Grâce
On dit souvent Grâce par « opposition » à Loi. Mais la Loi et la Grâce ne sont pas en direct opposition. Certains ont créé un conflit et une controverse concernant la juxtaposition de ces deux principes : Loi/Grâce. La confusion vient de l’abus de chacun de ces deux principes. Certains enseignent que « Toute la Loi a cessé ». D’autres enseignent qu’on doit observer les Dix Commandements. Mais le conflit réel n’est pas entre la Loi et la Grâce. La vraie question est d’avoir la bonne compréhension du rapport et de la relation entre la Loi et la Grâce. Il est impératif de comprendre leur fonction respective. L’amour est la base et la source de la doctrine de la Grâce. Mais la Loi se montre nécessaire pour exposer la gravité du péché et l’état déchu de l’homme naturel. La Loi proclame sans équivoque la corruption morale et totale du genre humain.
Si la Loi est considérée comme la base du salut ou comme la puissance qui nous empêche de pratiquer le péché, on la fait empiéter sur le  territoire de la Grâce. Quand le chrétien n’est pas contrôlé par l’amour, il abuse de la Grâce. Il rejette la Grâce de Dieu. Il annule la puissance de la Grâce de Dieu dans sa vie. L’effet de la Grâce sera nul et non avenu. La controverse et le conflit sur la nature et l’étendue de la Loi se résolvent quand on comprend ces choses. Toute la Loi est accomplie par l’amour. On ne peut plaire à Dieu si on obéit par crainte de la Loi. La vie sous la Loi lie l’âme. On n’obéit pas par amour, mais par peur de la Loi et du jugement. Sous la Grâce, l’amour agit sur et par le cœur régénéré. Ce qui est devoir légaliste sous la Loi devient obéissance « gracieuse sous » la Grâce.
 
Toute la Loi est accomplie dans une seule parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Gal 5 :14)
Celui qui aime les autres a accompli (pèpléroken, en grec) la Loi. L’amour est donc l’accomplissement (pléroma, en grec).de la Loi (Rom 13 :8-10). Il est impossible d’aimer son prochain sans aimer Dieu comme exigence première. L’amour pour Dieu et son prochain émane de l’initiative d’amour manifesté en Christ (Rom 5 :8).  « Il m’a aimé le premier ». La loi de l’amour, d’abord énoncé dans Lévitique 19 :18  est couplée par Jésus de « aimer le Seigneur de tout son cœur… (Deut. 6 :5). Jésus enseigne que c’est de l’observance de ces deux commandements que dépendent toute la Loi et les prophètes (Mt. 22 : 40). Toute la Loi est accomplie dans une seule parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Gal 5 :14).
 
Sommes-nous sous la Loi ou sous la Grâce ?
Vous êtes, non sous la Loi, mais sous la Grâce. (Rom. 6:14).  Ainsi la Loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la Foi. La Foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue (Gal. 3 :24-25).
Nous ne sommes pas sous la Loi, mais nous ne sommes pas sans Loi. (1Cor 9 :21 ; Gal. 6 :2). Ne faisons pas cependant de la liberté un prétexte pour vivre selon la chair. L’obéissance à Christ est nécessaire. Christ ne sauvera pas ceux qu’il ne peut pas commander. La doctrine du  « une fois sauvé toujours sauvé » est dangereuse. Ceci conduit à l’insouciance. Le Salut final est intimement lié à une obéissance continuelle à Christ. Nous appartenons à Christ. La liberté nous conduit  à l’amour (Gal 5 :13 ; 1Pi 2 :16).
Nous ne sommes pas sous la Loi  Mais nous ne sommes pas sans Loi (1Cor. 9 :21). La Loi est en nous (Jer. 31 :33 ; Héb. 10 :16…). Nous ne sommes pas sous la Loi du péché et de la mort. Nous ne sommes pas marié à la Loi de condamnation mais à la Loi de Christ. Nous n’appartenons pas à la Loi mais à la Grâce. A Jésus-Christ.  A la Grâce.  Notre vie n’est pas régentée par la lettre de la Loi mais par la vie et l’esprit de la Grâce. Par la Loi de l’Esprit de vie. Nous ne sommes pas sous les termes de l’Ancienne Alliance mais sous ceux de la Nouvelle.  Jésus n’est pas venu pour juger le monde – pas pour appliquer la Loi, mais pour sauver – en appliquant la Grâce (Jn. 3 :14-21).  Devant la Loi, l’homme n’a que deux choix: la condamnation (la mort) ou se laisser conduire à Christ (la vie).
 
La Grâce de Dieu
Le mot Grâce, Vakhesed en hébreu et Charis en grec, fait penser à la gentillesse et à la faveur. Dans la Bible, la Grâce est accordée gratuitement. C’est une faveur imméritée. Une faveur impossible à gagner et à repayer. La faveur est vraiment « un don gratuit » -pardon pour ce pléonasme. Quelqu’un a dit que la Grâce est le visage que Dieu porte quand Il rencontre nos imperfections, nos péchés, nos faiblesses, nos échecs… La Grâce, c’est ce que Dieu est quand il rencontre le pécheur et celui qui ne mérite rien. La Grâce est purement un cadeau qui se reçoit gratuitement ». Quel réconfort et quelle joie de savoir que moi qui ne mérite rien et qui suis imparfait, j’ai accès à la Grâce de Dieu ! A Sa faveur imméritée ! Au visage que Dieu porte devant mes imperfections humaines ! La Grâce de Dieu, c’est Sa bonté manifestée à l’égard de ceux qui ne la méritent pas. En fait, nul ne mérite la Grâce de Dieu. Les Ecritures montrent que la Grâce Spéciale de Dieu se manifeste unique­ment envers ceux qui sont Ses élus. La Grâce est donc la bonté que Dieu manifeste envers ceux qui ne la méritent pas. La Grâce se rapporte à l’homme qui est pécheur, donc coupable. La miséricorde, Rahamim en hébreu est la capacité que Dieu a de pardonner au coupable. On parle de miséricorde part rapport à l’homme pitoyable et malheureux. Comme pour la miséricorde, Le mot Grâce est souvent utilisé dans les salutations et les bénédictions.
 
Quand on voit les choses selon la perspective de la Grâce, on n’a plus le langage légaliste tel que « il faut », « je dois »… devant les choses spirituelles. On dit plutôt : « Je désire ». Le légalisme dit « tu dois, il faut… ». La Grâce dit « je désire, je veux… ». Le légalisme dit  « tu dois,  il faut agir avec ta propre force. Tes propres ressources humaines… ». La grâce dit « je désire, je veux… » C’est Dieu qui produit en nous le désir. C’est Lui qui produit en nous le vouloir et le faire (Phil. 2 :13).
 
Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde (Rom.6 :1)? 
Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché (Rom.6 :2)? Car la Grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété (Tite 2 :11-12).
La Bible enseigne très clairement que nous sommes sauvés par la Grâce (Eph. 2 :8-9). Mais nous sommes sauvés pour que la justice de la Loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit. La Grâce de Dieu ne peut jamais s’exprimer au dépend de Sa sainteté. Ne pas être sous la Loi, signifie qu’on n’est pas sous le légalisme, la malédiction et la condamnation de la Loi mais sous l’action et la puissance salvatrice et sanctifiante de la Grâce. Etre sous la Grâce nous empêche de vivre dans le péché. La Grâce ne nous permet jamais de violer l’aspect moral de la Loi. La Grâce nous permet de saisir L’esprit de la Loi. L’action de cette Grâce nous pousse à la sainteté. Vivre comme on veut, n’est pas vivre sous la Grâce. La Grâce est si puissante qu’elle nous demande d’abandonner le péché. La Grâce nous rend capable de nous conformer totalement à la Loi de Dieu dans son aspect moral
 
Deux positions extrêmes à éviter : le légalisme et l’antinomie
Le légalisme met un accent démesuré sur la Loi au dépend de la Grâce. Le légalisme reconnaît qu’on est sauvé pour obéir à la Loi, mais il nie le fait que le salut est par la Grâce. Mais par les œuvres humaines. Il y a une accentuation démesurée de la Loi, des règles de conduite, des concepts juridiques… La réalité est que la source du légalisme est la rigidité, le manque d’amour, l’orgueil, la superficialité,  la négligence de la miséricorde, l’ignorance de la Grâce de Dieu, l’accentuation de la lettre de la Loi au dépend de l’Esprit…. Pour le légaliste, l’obéissance est le principe prééminent de la rédemption. Il met l’accentue sur un système de règles pour atteindre le salut et la croissance spirituelle. Le légalisme consiste donc à essayer de mériter la faveur de Dieu en faisant des œuvres ou en accentuant la lettre de la Loi au dépend de l’esprit de la Loi.
Il faut éviter l’erreur opposée du légalisme qui est l’antinomie (contre la Loi). L’antinomie met un accent démesuré sur la Grâce au dépend de la Loi. Les partisans de l’antinomie reconnaissent que le salut est par la Grâce. Mais ils nient le fait que la conformité à la Loi est  l’objectif de la vie chrétienne. Les partisans de l’antinomie détestent les règles et les normes car d’après eux, elles limitent la Grâce. Ce sont des libertins. Rien n’est péché pour eux. Ils croient qu’ils n’ont aucune obligation envers l’aspect moral de la Loi. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Certains vont à l’extrême jusqu’à rejeter la Bible. Leur prétexte est que puisqu’ils ont l’Esprit, ils n’ont pas besoin d’un Livre de règles.

« Tout est permis » (1Cor. 6 :12 ; 10 :23) signifie t-il qu’on peut vivre comme on veut ?
Paul dit ceci par rapport aux rites, lois alimentaires… Nous ne sommes pas sous l’Ancienne Alliance mais sous la Nouvelle. Mais nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons.  Nous ne devons pas nous laisser asservir par le péché. Nous devons faire ce qui édifie et ce qui est utile. Nous ne sommes plus nos propres maîtres. Nous sommes esclaves de Dieu et de Sa Justice.
 
« Tout est pur pour ceux qui sont purs » (Tite 1 :15) signifie t-il qu’on peut faire ce qu’on veut ?
Paul dit ceci par rapport aux rites de purifications, lois alimentaires…
« Tout » ne signifie pas toute sortes de comportements. Le verset 14 nous rappelle vraiment le cadre et le contexte de ce passage..
 
L’Antinomie
Du grec anti (contre) et nomos (loi), c’est le fait d’être contre la Loi. D’être sans loi. Hors la loi. Dans le Nouveau Testament (Nouvelle Alliance, le mot grec est anomia est signifie iniquité. Le fait d’être sans Loi. Jésus appelle ceux qui font profession d’être chrétiens sans faire la volonté du Père – ceux qui commettent l’iniquité – des ouvriers d’iniquité (Mt. 7 : 21-23 ; 13 :40-43 ; Luc 13 :27…).  En grec, ergazomenoi ten anomian. Rappelons qu’une des définitions de la Loi est que la Loi est la volonté révélée de Dieu. Selon le Messie, les partisans de l’antinomie sont ouvriers d’iniquité. Des libertins. Les partisans de l’antinomie épousent la conception selon laquelle ils n’ont aucune obligation envers la Loi de Dieu, l’étique, la  morale… Ce sont les opposés extrêmes du légalisme. Ce sont eux qui changent la Grâce de Dieu en dissolution (débauche). Ils travestissent la Grâce de Dieu en débauche (Jude 4). Pour pouvoir se conduire n’importe comment.
 
L’AMOUR DE CHRIST NOUS PRESSE (2COR. 5 :14)
 
Laissons-nous dominer par l’amour du Christ et non par le légalisme
Le légalisme exige la performance avec ses « il faut »… Nous sommes sous la Grâce et non sous la Loi (Rom. 6 :14). La Grâce de Dieu est la source de salut pour tous le hommes (Tite 2 :11-13). La Grâce est une faveur imméritée. C’est Le visage que Dieu porte devant  nos imperfections humaines. Apprenons à voir les choses sous la perspective de la Grâce. Nous commencerons à dire « Je désire »…
 
Laissons-nous dominer par l’amour du Christ et non par le perfectionnisme
Car l’amour de Christ nous presse. L’amour de Christ nous domine. L’amour de Christ remplit nos cœurs (2Cor. 5 :14). Le perfectionnisme est une recherche excessive et malsaine de la perfection. C’est la maladie de la perfection en toute chose. Le perfectionniste est lié par la performance. Il n’est jamais satisfait. Perfectionnisme n’est pas Perfection.    
 
Laissons-nous dominer par l’amour du Christ et non par la culpabilité
Il existe plusieurs sortes de culpabilités:
-La culpabilité objective : Lorsque la loi est violée et la personne est coupable même si elle ne se sent pas coupable
-La culpabilité subjective : Il y a dans ce cas des sentiments intérieurs de remords et d’auto condamnation résultant de nos actions.
 
LE LEGALISME
 
« Vous observerez mes lois et mes ordonnances: l’homme qui les mettra en pratique vivra par elles. Je suis l’Eternel » (Lévitique 18 :5).

Le légalisme (le juridisme)
Celui qui fera ces choses – mettre les lois et les ordonnances de l’Eternel en pratique – vivra par elle. C’est ça le légalisme. C’est ça être sous la Loi. Maudit soit celui qui n’accomplit point les paroles de cette Loi, et qui ne les met point en pratique! – Et tout le peuple dira: Amen! (Deut. 27 :26).  « Je leur donnai Mes lois et leur fis connaître Mes ordonnances, que l’homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles… Et la maison d’Israël se révolta contre Moi dans le désert. Ils ne suivirent point Mes lois, et ils rejetèrent Mes ordonnances, que l’homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles, et ils profanèrent à l’excès mes sabbats. J’eus la pensée de répandre sur eux ma fureur dans le désert, pour les anéantir » (Ez.20 :11,13). Il y a un échec total de l’homme vis-à-vis de la Torah. Moïse définit ainsi la justice qui vient de la Loi: L’homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles (Rom 10 :5). Le Légalisme c’est donc la Justice qui vient de la Loi. Nous, nous annonçons la Justice qui vient de la Foi ((Rom 10 :6). C’est la Parole de la Foi que nous prêchons (Rom 10 :8). L’Ancienne Alliance n’était pas parfaite. Voilà pourquoi Dieu donne une Nouvelle Alliance. Le Juste vivra par la foi (Hab. 2 :4). Car tous ceux qui s’attachent aux oeuvres de la Loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.  Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit: Le juste vivra par la foi.  Or, la Loi ne procède pas de la Foi; mais elle dit: Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles (Gal. 3 :10-12).
 
Que signifie « être sous la Loi » ?
C’est être tout simplement dans le légalisme. « Ne pas être sous la Loi (La Torah) » ne veut pas dire qu’observer la Torah est mauvaise ou qu’être dans le cadre de l’observation de la Torah est mauvaise. Vivre selon la Torah de Dieu est bonne. La Torah de Dieu ne peut être incriminée. Ce qu’il faut condamner, c’est la déformation humaine perverse et légaliste de la Torah. « Sous la Loi » (en grec, upo nomon) signifie « soumission au système qui résulte de la transformation humaine perverse de la Torah en légalisme ». « Œuvres de la Loi » (en grec, erga nomou) signifie « observation légaliste des commandements de la Torah.».
Il y a deux extrêmes à éviter : Le galatanisme et ses judaïsants et l’antinomie (contre la loi, contre la Torah).
 « Etre sous la Loi », c’est être sous la peine de la Loi. Le croyant en Yéshoua n’est pas sous la fonction pénale de la Loi. La Torah, comme un maître d’école, nous a conduit au Messie (Gal. 3 :24-25). Nous ne sommes donc plus sous le tutorat de la Loi écrite sur des tablettes de pierre (2Cor. 3 :3-7). Maintenant, nous sommes sous le « management » de l’Esprit. Il ne faut pas apporter dans la Nouvelle Alliance certaines fonctions légalistes juives de la Loi.
« Ne pas être sous la  Loi » implique le fait qu’on ne peut plus avoir une application légaliste de la Torah. « Etre sous la Grâce » implique le fait qu’on ne peut plus avoir une application antinomique (anti-loi) de la Grâce.
 
Essayer de vivre par selon une liste de règles n’aboutit jamais à la victoire
La Bible et l’expérience chrétienne nous enseignent qu’essayer de vivre selon une liste de règles n’aboutit jamais à la victoire.
 
Celui qui obéit aux commandements n’est pas un légaliste
La lettre de la Loi conduit au légalisme. La lettre tue. Le légalisme tue. Il est comme quelqu’un l’a dit un tueur silencieux dans l’église.
Celui qui obéit aux commandements n’est pas un légaliste. Ne confondons pas les commandements de Dieu et les commandements d’hommes. Les traditions purement humaines. Les fables et les commandement d’hommes détournent de la Vérité (Mt. 15 : 3, 9 ;  Col. 2 :20-22 ; Tite 1 :14). Le légalisme est la conception selon laquelle on est sauvé en observant la Loi et les règles (la plupart du temps purement humaines) et en faisant de bonnes œuvres. Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi (Sous la malédiction et la condamnation de la Loi, sous le rôle pénal de la Loi) – Galates 5:18. En effet, quand quelqu’un est uni au Christ Jésus, la Loi pour lui, c’est l’Esprit Saint qui donne la vie. Nous sommes rendus capables de vivre comme la Loi le demande. La juste exigence de la Loi est satisfaite en nous. La justice de la Loi est accomplie en ceux qui vivent dans la dépendance de l’Esprit (Rom. 8 :2, 4).
Obéir, c’est accepter de s’appuyer sur Jésus. De laisser Jésus vivre Sa vie en nous. Car Jésus est Le Seul capable de vivre la vie chrétienne.
Il y a deux commandements que Jésus donne, pour faire de ceux qui y répondent par la Grâce de Dieu, des saints. : « Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » (Mc. 1 :15 ; Héb. 6 :1-2). Après avoir obéi à ces deux commandements, les saints, parce qu’ils sont devenus saints, peuvent obéir à tous les autres commandements. Leur nature s’y prête.
 
La loi, selon son sens profond et son esprit, dit : «  tu ne peux pas accomplir la Loi avec ta propre force. Tu es condamné à l’échec ».
Le légalisme, selon la lettre, dit : « tu dois faire les choses selon tes propres ressources ». La Grâce dit : « le Saint-Esprit te rend capable de vivre comme la Loi le demande. Jésus en toi obéit toujours. Quand tu n’obéis pas, ce n’est pas Jésus-Christ, c’est toi qui a choisi la chair. Jésus marche toujours selon l’Esprit. YHVH est le seul vrai Dieu. Son peuple doit donc étudier et observer Sa Loi .Son peuple doit se séparer des païens et de leurs pratiques religieuses. Il doit être une nation sainte. Ils doit allégeance ; amour gratitude, obéissance et service à Dieu
 
Retournons – nous à la Loi ?
Cette question très commune est le reflet d’une incompréhension des termes Loi et Grâce. Ceci montre aussi une connaissance incomplète des Ecritures Hébraïques. La Torah, traduite de manière adéquate par « enseignement », « instruction » exprime la relation et l’Alliance entre YHVH et Israël. Dieu révèle à Son peuple choisi le style de vie qui Lui plaise afin que Son peuple soit Son témoin devant les autres nations. Malheureusement, les hommes ont rajouté des traditions et des préceptes d’hommes aux lois de Dieu pour aider les gens à observer les lois.  Ce sont ces lois supplémentaires que Jésus a rejeté. Ce n’est pas la Torah originale que Jésus a rejeté. Jésus a observé la Torah et a instruit Ses suiveurs à faire de même. La Grâce abonde autant dans la Torah que dans les écrits apostoliques. La Loi et la Grâce existent côte à côte à travers toutes les Ecritures avec le salut possible que par la Grâce et par e moyen de la Foi (Eph. 2 :8 -9). Le même apôtre qui a écrit que le Messie est la fin (le but) de la Torah (Rom. 10 :4) a aussi écrit que la Torah est sainte, spirituelle et bonne (Rom. 7 :12 ; 14). Il dit qu’il prend plaisir à la Torah selon l’homme intérieur (Rom. 7 :22). Il dit aussi que l’étude de la Torah donne la sagesse qui conduit au salut (2Tim. 3 :15-16)
 
La Loi est toujours valable
La Loi Mosaïque est toujours valable, mais pour un disciple elle s’applique sous la forme de la Loi de Christ. De la Loi de L’Esprit de vie. De la Loi de la Liberté… En Christ, la Nouvelle Alliance est donnée comme Loi (Torah). Pour le disciple de Christ, La Loi ne s’applique que par Lui et en Lui.  Selon la Vérité (la Réalité), la Loi de la Grâce, la Loi de la Liberté, la Loi de l’Evangile… la Loi de Christ. La Loi Parfaite.
La Loi d’elle-même ne justifie pas (Gal. 3 :11). Mais nous sommes sauvés afin que la justice de la Loi soit accomplie en nous. Nous sommes sauvés pour vivre comme la Loi le demande (Rom. 8 :3). Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la Loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés (Rom. 2 :13). La Loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon (Rom. 7 :12). Nous n’ignorons pas que la Loi est bonne, pourvu qu’on en fasse un usage légitime, sachant bien que la loi n’est pas faite pour le juste… (1Tim. 1 :8-9). La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu est tout (1Cor.7 :19). Car ce n’est rien que d’être circoncis ou incirconcis; ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature (Gal.6 :15). La nouvelle créature est juste. Nul ne peut rechercher la justice par la Loi. La Loi n’a pas été faite pour le juste. Mais la Loi et juste. Nous, nous sommes déjà juste par la Foi. La nouvelle créature observe les commandements de Dieu. C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus  (Ap. 14 :12).

Prophéties de Nostradamus pour 2018: une guerre mondiale et la destruction d'Israël

Insolite 21:51 22.11.2017(mis à jour 21:55 22.11.2017) URL courte

 

À l'approche de 2018, beaucoup de gens s'interrogent sur les prophéties du célèbre devin français Michel de Nostradam. Le devin nous annonce une nouvelle guerre mondiale, la disparition d’Israël, dont l’élection de Trump serait le déclencheur, et des catastrophes naturelles. Le Président Poutine a déclaré tout récemment qu'Israël pourrait reculer d'un seul coup de 100 ans, avant qu'il n'existe!

Selon le site Liban 24, le site des prédictions du célèbre devin Nostradamus a publié les prophéties les plus importantes pour 2018, dont il a pu déchiffrer les énigmes. On s'attendrait à des événements terribles qui pourraient changer la face du monde.

«Il y aura des catastrophes naturelles et beaucoup de nations du monde verront des changements», est-il expliqué, en ajoutant que les prédictions de Nostradamus concernaient l'élection de Donald Trump comme Président des Etats-Unis, la politique qu'il mènerait envers les immigrés et son lien avec la destruction d'Israël, écrit le site libanais.

D'après l'auteur de l'article, il aurait lancé que la «république de la grande ville» — les États-Unis — serait mêlée par Trump à d'importantes opérations militaires, ce qui explique ce qui s'est passé en Syrie, à la suite d'attaques organisées par le Président américain.

L'éruption d'un volcan. Image d'illustration
© REUTERS / Antara Foto/Tibta Perangin-angin

La chose effrayante dans les prédictions du devin est à propos du déclenchement de la Troisième guerre mondiale, est-il rajouté. Il révèle qu'un conflit majeur surgirait pendant cette période, et, les attentats terroristes en France et d'autres événements, sont l'étape décisive pour ce qui va suivre. Il a parlé d'une longue guerre, en soulignant que cela entraînerait un grand nombre de morts, de crimes et de dégâts, mais a également annoncé qu'elle se terminerait en 2025. «La paix naît des cendres de la destruction, mais peu l'apprécieront», a-t-il supposé.

Nostradamus a également parlé d'inondations et de tremblements de terre inhabituels, soulignant que quelques-uns toucheraient un certain nombre de régions du monde, y compris la Chine. «Des catastrophes climatiques, des tempêtes et des cyclones se produiront en Chine, au Japon et en Australie, et la Russie connaîtra des tremblements de terre», rappelle le site.

Selon ses prédictions, il y aura un problème dans l'économie mondiale: «Les riches meurent plus d'une fois».

«Les rayons du Soleil brûleront la terre, le ciel s'ouvrira et les champs brûleront de chaleur», a-t-il écrit. «Selon certains experts, ce texte est un avertissement contre la destruction des forêts tropicales et l'expansion du trou dans la couche d'ozone», déduit le site. 

2022 fin définitive.

prophéties 2018 mort de netanyahu - Bing video

Netanyahou à Moscou

" Israël se représente lui-même comme étant assis sur un baril de poudre prêt à exploser à chaque instant et devant se préparer à affronter une nouvelle tentative de génocide. Il refuse d'admettre qu'il en allume lui-même les mèches.

Selon les saisons, cette tentative de génocide serait fomentée par les Égyptiens, les Syriens, les Palestiniens, les Iraniens, les Turcs...

Le pays et la société vivent dans la "conviction paranoïde que de vicieux antisémites, vouant une haine inconditionnelle aux juifs, planifient les prochaines étapes de l'annihilation du peuple juif."

Gérard Haddad (1)

Quel contraste !...

Le 8 mai dernier dans la discrétion, comme dans les autres pays européens, nous avons célébré la fin de la deuxième guerre mondiale ; la plupart de nos ados ne savent même pas à quoi correspond ce jour férié…

Par contre, toutes générations confondues, c’est avec éclat et ferveur que les Russes commémorent ce qu’ils appellent la fin de "La Grande Guerre Patriotique". Tous les ans, contrairement à nous, le 9 mai.

Leur combat acharné, contre les troupes nazis, les ont profondément marqué. Leur résistance héroïque, leur victoire au prix de sacrifices et de destructions d’une ampleur colossale, a provoqué une véritable saignée démographique : près de 30 millions de morts, des millions de blessés et de traumatisés.

De nombreux films, série TV, sont réalisés en permanence, traitant de cette dimension apocalyptique, jusqu’au niveau du moindre village ou hameau. Certains remarquablement bien réalisés, avec ses héros, mais aussi ses traîtres ou collabos. Beaucoup sont visibles sur "Youtube", quelques uns sous-titrés en anglais. Très peu en français ; rendant encore plus dense la désinformation et notre analphabétisme historique, imposés par nos oligarques sur cette magnifique Nation.

Occasion d’un grandiose défilé militaire ; snobé par les dirigeants occidentaux, déclinant systématiquement les invitations du gouvernement russe et, évidemment, ignoré ou étouffé dans les médias de leur propagande.

Une différence protocolaire à noter, par rapport à celui de notre 14 juillet : c’est le ministre de la Défense qui passe en revue (dans une limousine noire au lieu d’un véhicule militaire) les troupes à pied avant le lancement de la marche, et non pas le Chef de l’Etat ; puis, monte à la tribune officielle où se trouve le président de la Fédération Russe, pour lui présenter le salut des forces armées, lui confirmer leur préparation et attendre son ordre.

Depuis 2012, c’est le général Sergueï Shoïgu qui assure ce rôle.

Remarquable organisateur, il est une des locomotives de la spectaculaire modernisation des armées Russes. Succédant, il faut au passage le saluer, à un autre formidable rénovateur qui a éradiqué gabegie et corruption héritées des années Eltsine: Anatoly E. Serdyukov. Spécialiste des planifications budgétaires et de la maîtrise des coûts, il est un des dirigeants les plus efficaces du pôle industriel militaire actuel.

Ce sont des personnalités de ce calibre dont nous avons un urgent besoin pour nettoyer notre ministère de la Défense et le fonctionnement de nos armées, en France… Au lieu des rigolos se succédant, dans la frénésie de la destruction de pays qui ne nous ont rien fait ; ainsi qu’en atteste les dernières honteuses contributions de nos armées au ravage et au chaos en Afghanistan, en Libye et en Syrie.

Chaque année à 10h00 précise, sous la porte Saint-Sauveur des remparts du Kremlin, avant de procéder à la revue des troupes, le général Serguï Shoïgu, d’origine mongole né à Tchadan – République de Touvan (partie de la Mongolie intégrée à la Fédération de Russie depuis 1945), offre aux spectateurs attentifs un bref moment très émouvant.

Debout dans la limousine, tête nue, ce bouddhiste avant de mettre sa casquette, fait le signe de la croix orthodoxe (avec deux doigts, et non pas avec la main comme sous nos longitudes).

Symbole puissant de l’unité de la Russie, mosaïque de peuples et de croyances…

Cette Nation est entrée dans le XXI° siècle, dans le respect des croyances de chacun ; qu’elles soient athées, chamaniques, ou religieuses. Alors qu’en Europe, plus particulièrement en France, nous baignons dans un fanatisme "laïcard", instrumentalisé par nos oligarques pour nous faire régresser au temps des Croisades, afin de justifier leurs prédations coloniales au Moyen-Orient…

Seule ombre au tableau, cette année, la présence à la tribune d’honneur du belliciste aussi sanguinaire qu'halluciné : Netanyahou …

Rencontre au sommet entre Président Russe et Émissaire du "Deep State"

Pourquoi avoir convié Netanyahou à cette imposante manifestation ?... Invité de marque du président Poutine… D’autant qu’il s’agissait de la première manifestation publique, grandiose, inaugurant son nouveau mandat présidentiel ; à la suite de sa réélection, et sa toute récente intronisation.

Beaucoup sur la Toile en ont été choqué d’incompréhension.

En fait, laissant de côté l’émotion légitime, il convient d’analyser ce qui représente un magistral geste politique.

Netanyahou n’a pas été reçu en tant que premier ministre d’une entité coloniale occidentale au Moyen-Orient. Ce serait aussi réducteur que trompeur en termes de perspective géopolitique.

Mais, en tant que représentant, ou porte-parole, du "Deep State" – L’Etat Profond. Le plus puissant.

Le véritable président des USA, c’est lui. Le président effectif de l’Europe, c’est lui. Un coup de téléphone, une visite, auprès des autres responsables des satellites de l’OTAN, et c’est l’affolement. Les chefs d’Etat occidentaux ne sont que des pantins face à lui.

Souvenons-nous de la gestuelle apeurée, obséquieuse, servile, d’un Sarkozy, d’un Hollande ou d’un Macron, soutenant difficilement son regard. Les politiciens allemands ou britanniques, sans parler des autres, tout autant.

Recevoir l’éminent émissaire du Deep State devant ses forces armées dans leur glorieux apparat, quel savoureux coup d’échec !... Cette rencontre au sommet est riche de sens. Poutine n’a rien à négocier avec le Deep State.

Poutine n’est pas dupe : le Deep State, Netanyahou le premier avec son hypocrite sourire, le déteste à titre personnel. Toutes les campagnes de diffamation à son égard sont puissamment financées et organisées par son industrie médiatique. Il sait que le véritable "changement de régime" auquel il ne cesse d’œuvrer, c’est en Russie qu’il le souhaite : retrouver avec délice les années Eltsine ;  de corruption et de spoliation faciles en faveur des oligarques occidentaux. S’emparer à bas prix des richesses du pays, en installant des collabos et gangsters au pouvoir…

Le président de la Fédération de Russie veut simplement, calmement, c’est son style, prévenir : « Vous voulez la guerre ?... Nous sommes prêts. Nous n’avons peur de personne. Regardez par vous-mêmes… ».

C’est dire avec bonhomie : "Ne rêvez pas"…

Trois considérations, sans cesse rappelées par Poutine, sur les intérêts de la Russie, non pas "coloniaux" comme ceux des occidentaux, mais "vitaux" ; intrinsèquement liés à la protection de sa souveraineté et de ses ressources nationales :

=>  La guerre contre la Russie, y compris économique, n’a aucune chance d’aboutir.

=>  La Russie, pour la protection de son commerce maritime, n’abandonnera sa place ni en Mer Noire ni en Méditerranée et, de ce fait, ses bases navales et aériennes en Syrie ; consenties à la suite de contrats de location en bonne et due forme avec l’Etat légitime et souverain Syrien. Quant au chaos fomenté par les occidentaux, il ne pourra faire éclater cet Etat, et trouvera son terme par "le politique" et non pas par "la force".

=>  La guerre contre l’Iran ?... Exclue… Aucune guerre ou invasion à ses frontières ne sera tolérée.

Évidemment, la Russie ne soutiendra aucune aventure militaire de l’Iran, attaque ou invasion à l’encontre de ses voisins, proches ou lointains. Par contre, la Russie sera à ses côtés, en cas d’attaque des occidentaux, quel qu'en soit le prétexte mensonger, ou la propagande, notamment une soi-disant "destruction de l’Etat d’Israël". Position identique à celle de la Chine, à l’égard de la Corée du Nord.

Soutien, précisons-le, pas simplement sur le plan militaire. Les nombreux accords de coopération entre Russie et Iran ont un gigantesque impact à moyen et long terme.

Exemple, passé inaperçu malgré sa considérable importance, chez les "géopolitologues" occidentaux : fin 2017 (le 20 septembre exactement), la Russie a autorisé deux navires iraniens à emprunter ses voies navigables intérieures (Don – Canal Don/Volga – Volga) pour passer, venant de la Méditerranée, de la mer Noire via la Mer d'Azov à Astrakhan sur la Mer Caspienne. (2)

Autorisation exceptionnelle, offrant ainsi à l’Iran la possibilité d’éviter le Canal de Suez ou le contournement du continent Africain pour rejoindre le Golfe Persique. De plus, en cas de blocus éventuel de ses ports du Golfe, cette coopération lui assure une "profondeur stratégique" d’une immense portée…

Mais, comme dit le Sage : il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

 

Liaison Mer Noire - Mer Caspienne par les voies navigables intérieures Russes...

Une paire de claques

Poutine savait que sa position aurait du mal à être comprise par l’émissaire et ses commanditaires. Il a donc enfoncé le clou. A son habitude, avec méthode et détermination. En envoyant une vigoureuse paire de claques pour aider à mémoriser son message…

Feu vert a été donné à l’artillerie syrienne pour une opération méticuleusement préparée, depuis de nombreux mois, en réponse aux attaques incessantes de l’aviation occidentale, notamment sous pavillon sioniste : le bombardement de tous les centres de renseignement et de commandement sionistes incrustés dans le "territoire syrien" du Golan ; toujours illégalement occupé, malgré les résolutions de l’ONU, non appliquées à ce jour.

Le 10 mai, en pleine nuit, quelques heures après la visite de "délégué" du Deep State à Moscou, près de 70 (68, pour plus de précision) missiles à courte et moyenne portée se sont abattus sur les positions israéliennes.

Les objectifs militaires les plus sensibles et les mieux protégés, dont certains prétendus "les plus secrets" :

=>  Centre de commandement des moyens techniques et électroniques d’écoute et de décryptage des communications

=>  Quartier général des forces frontalières (code 9900), chargé d’assurer surveillance et renseignement « visuels » (visual intelligence)

=>  Centre de commandement de la guerre électronique

=>  Poste de coordination des tirs des armes de précision

=>  Poste de commandement régional de la brigade israélienne 810

=>  Centre de commandement de la brigade d’Harmoun

=>  Centre de commandement de la brigade Benastim spécialisée dans les combats d’hiver et de montagne

Leur défense anti-aérienne n’en a intercepté que… "4" !…

La honte.

Taux d’efficacité inférieur à 6 %. Ratio habituel pour les missiles anti-aériens US Patriot, de conception obsolète. Une des raisons essentielles étant de ne pas tirer sous forme de silos verticaux, comme les S-300 et suivants, mais en plan incliné : inefficace s’ils sont pris à revers, comme peuvent le faire des missiles téléguidés volant à quelques mètres du sol…

Commotionnés, soufflés, c’est le cas de le dire, les israéliens n’en sont pas revenus.

Bien sûr, ils ont voulu venger l’affront. Ripostant par des tirs de missiles à partir de 28 avions se relayant au-dessus du Liban, pour vite s’abriter derrière ses montagnes : on n’est jamais assez prudent… Ce sont donc 70 missiles, qui ont été lancés, dont 70 %  neutralisés par la défense anti-aérienne Syrienne. Les Syriens admiraient ce feu d’artifice, applaudissant de leurs balcons et terrasses.

Paniquée, l’industrie de la propagande occidentale réactiva fébrilement ses fourneaux, avec deux objectifs : dissimuler l’ampleur de la correction ; et, trouver un bouc émissaire, pour ne pas mettre en cause la Syrie qu’on avait menacé des pires châtiments en cas de contre-attaques aux agressions israéliennes. Pour éviter de se déjuger, rien de plus facile que de mettre en cause l’Iran, et ses fantasmatiques "bases" en Syrie.

D’où, la même rengaine dans tous les pays occidentaux.

En France, on nous repassa la soupe de "l’arc chiite", pour prétendre que les Iraniens avaient tiré une "vingtaine de rockets" ; des primitifs, ils ne savent pas utiliser des missiles téléguidés … Alors qu’Israël à son habitude, n’a pas hésité à répondre de façon "démesurée", "disproportionnée", "massive"… Faire croire qu’Israël bénéficie toujours d’une force supérieure à celle de ses voisins, et de l’impunité ; « Israël se sent pousser des ailes », affirme un imbécile dans un article

Du délire, ou de la propagande pur sucre, pour ne pas changer.

Certains "analystes", qui nous avaient habitués à plus de sérieux, n’ont pas hésité à servir à la louche des énormités. Telles celles-ci que je ne peux m’empêcher de citer (3) :

« Téhéran avait le choix d’attaquer soit des soldats US, soit Israël. Le général Qassem Soleimani a choisi le Golan syrien […], la Force al-Qods des Gardiens de la Révolution iraniens – l’élite militaire iranienne – a attaqué Israël depuis ses bases en Syrie.»

Quelques réajustements, devant cette cynique et grossière désinformation :

  1.   Le général Qassem Soleimani est le chef de la branche des "forces spéciales" des Gardiens de la Révolution.  Il est en charge, en Syrie, des opérations de formation, d’entraînement et de conseil tactique, à la demande du gouvernement concerné, pour combattre les mercenaires de l’OTAN, aux côtés des Syriens et des Russes.

Comme dans les autres pays, ce sont des professionnels spécialisés dans des actions de commando ; en aucun cas des artilleurs.

  1.   Jamais ce général ne se permettrait de lancer une opération armée contre un pays frontalier, au mépris de la souveraineté du pays hôte et de ses alliés, en l’occurrence les Russes.
  2.   Le voudrait-il qu’il faudrait en avoir les moyens : en Syrie, toute opération militaire d’envergure s'effectue dans une coordination étroite, une rigoureuse planification, avec les forces Russes et Syriennes.
  3.   En Syrie, l’Iran n’a aucune base, ni matériel, pouvant être utilisé dans une confrontation avec un autre Etat. Prétendre le contraire est pure affabulation.
  4.  Le général Qassem Soleimani, au-delà de son courage légendaire, connu pour sa discrétion, sa discipline et sa prudence, prend soin d’éviter, dans toutes ses missions, les provocations ; tout particulièrement, celles orchestrées par la propagande occidentale.

Cette effervescence dans la désinformation et la diabolisation des personnes et des nations est le signe évident que "la roue tourne"…

Malgré aboiements rageurs et moulinets hystériques de leurs "va-t-en-guerre", les occidentaux doivent comprendre que la stratégie du chaos et de l’affrontement joue, avec le temps, en leur défaveur.

  1.   Gérard Haddad, Lumière des Astres Éteints - La psychanalyse face aux Camps, Grasset, 2011, p. 243.

N.B. : Un des rares, si ce n'est le seul, intellectuel juif français, psychiatre et psychanalyste, à promouvoir avec courage une vision lucide de la société israélienne (au sein de laquelle il a exercé pendant trois ans) et de sa caste politique ; et, mesurée autant qu'humaine de la tragédie Palestinienne et du Moyen-Orient.

Le fait qu'il soit originaire du Maghreb, avec une enfance heureuse et paisible en Tunisie, lui apporte, peut-être, cette dimension d'équité et de compassion...

  1.   Khan, La Russie autorise deux navires iraniens à emprunter ses voies navigables domestiques, Le Portail des Forces Navales de la Fédération de Russie, 26 septembre 2017,

http://www.rusnavyintelligence.com/2017/09/la-russie-autorise-deux-navires-iraniens-a-emprunter-ses-voies-navigables-domestiques.html

  1.   Thierry Meyssan, L'Iran et Israël ont-ils déclaré une nouvelle guerre ?, Réseau Voltaire, 10 mai 2018,

http://www.voltairenet.org/article201105.html   

N.B.  Il est triste de constater la lente et inexorable dérive au fil du temps, de celui qui fut un courageux combattant contre la désinformation, vers thèses, argumentaires et bobards atlantistes...

Même les héros peuvent être fatigués, et avoir le droit de songer à une retraite méritée et confortable.

14/05/2018

 Georges Stanechy 

VOIR AUSSI :

La Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale

Israël Shamir : Appelons les juifs "juifs", et n'utilisons pas les euphémismes idiots comme les Sionistes ou les «globalistes»