Laos signifie le Peuple de DIEU, la Nation prise dans son ensemble. C'est du mot grec LAOS que vient le mot Laïque. Seul le Peuple est souverain. Il est temps de réunir ceux qui veulent redonner le Pouvoir au Peuple de Dieu et au Libre Arbitre des Hommes. (ce Blog non professionnel, ne fait pas appel à la publicité ni à des subventions pour exister , il est gratuit et tenu par des bénévoles).

WWIII: Bienvenue dans la Guerre Nucléaire, les puissances du Mal sont aux affaires, mais ne vous laissez pas dérober la parcelle de Paix qui est en vous et laissez les tous mourir, refusez de porter les armes pour leurs guerres, et soyez heureux de la venue de Yeshua, qui est venu non pas pour vous combler mais pour juger le Monde de la manière où ils vous ont jugés, et pour vous mesurer de la manière où vous vous êtes fait mesurer.

Publié le 9 mai 2018 par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII: Bienvenue dans la Guerre Nucléaire, les puissances du Mal sont aux affaires, mais ne vous laissez pas dérober la parcelle de Paix qui est en vous et laissez les tous mourir pour l'Enfer, refusez de porter les armes pour leurs guerres, et soyez heureux de la venue de Yeshua, qui est venu non pas pour vous combler mais pour juger le Monde de la manière où ils vous ont jugés, et pour vous mesurer de la manière où vous vous êtes fait mesurer. 

Le Yeshua-Jésus-Christ, ou le Mashia'h-Messie, pour les Juifs qui sont certains que celui qu'ils ont crucifié ne l'était pas, ne viendra pas à Jérusalem, mais bien au lieu-dit Saint Bauzille de Montmel pour le vrai , Pic Saint Léon le Grand, le lieu où a vécu Marie Madeleine, en France, fille ainée de l'Eglise, et terre hostile tenue par des incultes barbares Volques Tectosages et Arécomiques, de tous temps, dont la Capitale était Nîmes (Nemausus), où l'environnement grégaire et paysan tourné vers des actes de sorcellerie et des Messes Noires Païennes, ne risque pas d'offenser la Loi de D.ieu qu'ils ne connaissent pas,  car tous les Juifs ne sont pas prêt de le recevoir en particulier les Sionistes qui comme ceux qui veulent le Nouvel Ordre Mondial, sont des adorateurs de Satan-Lucifer et  ont envahi la plupart de nos contrées, et gouvernent leur Monde qu'ils ne sont pas prêt de donner à un vulgaire berger rentré sur un simple ânon dans Jérusalem, par la porte Dorée, pour se faire acclamer par la foule pressée sur son passage qui l'accueille avec des rameaux. 

Le faux sera exhibé à Jérusalem, ovationné par le Nouvel Ordre Mondial et reconnu par les principales Eglises du Monde à commencer par le Pape François, inculte en matière biblique, qui se mettra à plat ventre devant le Messie qu'on lui présentera, espérons que ce ne sera pas MACRON qu'il attend en Juin au Vatican pour lui remettre les clés de LATRAN. Macron le Messie? Mais si, Mais si, ils sont en nombre les faux.

Ils ont empêché les prédictions d'Elie en murant la porte Dorée de Jérusalem, par laquelle il devait rentrer à Jérusalem après être passé par le Mont des Oliviers, pour ressusciter les morts, et mis un cimetière derrière, ce qui serait un outrage, s'il passait par là. 

La porte dorée (שער הרחמים, Sha'ar Harahamim) est la plus ancienne ouverture pratiquée dans les fortifications de la vieille ville de Jérusalem et date probablement du VIe siècle. Appelée aussi porte de la Miséricorde ou encore porte de la Vie éternelle, elle est située au milieu de la muraille Est et c'est la seule qui permettait d'accéder directement au mont du Temple, de l'extérieur de la ville. Elle aurait été utilisée à des fins rituelles dans les temps bibliques.

 

Giotto, Rencontre de la Porte Dorée (entre 1304 et 1306), chapelle des Scrovegni, Padoue.

Cette porte est fermée depuis 1541, sur l'ordre de Soliman le Magnifique, car, selon la tradition juive, selon la prophétie d'Elie, c'est par celle-ci que le Messie entrera dans Jérusalem. Un cimetière fut également établi devant celle-ci, car les musulmans auraient été convaincus par la prophétie d'Élie, précurseur du Messie, qui annonçait que, lors de son retour tant attendu par les juifs, le nouveau prophète n'oserait pas pénétrer dans un tel lieu étant donné que celui-ci était un Cohen. En effet, l'entrée des cimetières est théoriquement interdit à cette lignée sacerdotale pour cause d'impureté (Lv 10,6, Lv 21,1–5; 44,20-25).

D'après les récits apocryphes, repris dans La Légende dorée c'est à la porte dorée que les parents de la Vierge Marie, Anne et Joachim se retrouvent après qu'un ange leur ait annoncé qu'ils seraient enfin parents, après vingt ans de mariage. Pour certains, ce serait la porte par laquelle serait passé Jésus le dimanche des Rameaux, ce qui lui donne aussi une importance messianique chrétienne.  Certains l'assimilent aussi avec la Belle porte mentionnée dans Actes 3.

Jean 1:4
En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

Jean 3:16
Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

Jean 5:21
Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut.

Jean 5:26
Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même.

Jean 6:39
Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour.

Jean 14:6
Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

QUE REPRESENTE L'EGLISE CATHOLIQUE A CE JOUR DANS L'EVOLUTION DES EGLISES PRIMITIVES ET DE L'EGLISE DU CHRIST AUX YEUX DE D.IEU ET AUX YEUX DU CHRIST?

LE CHRIST PEUT-IL RECONNAÎTRE UNE LEGITIMITE DANS CETTE EGLISE QUI SE DIT UNIVERSELLE?

USA. Le Vatican paie tranquillement 4 milliards de dollars aux victimes pour étouffer ses abus sexuels sur des enfants, avec l'argent de la Mafia.

Le Vatican a discrètement versé près de 4 milliards de dollars d'indemnisation aux victimes d'abus sexuels commis par ses prêtres  sur des enfants, selon une nouvelle enquête choquante.

Selon Jack et Diane Ruhl du National Catholic Reporter, le Vatican a dépensé 3.994.797.060,10 $ pour « aider les familles » afin d'éviter d'être poursuivi en justice.

Collective-evolution.com rapporte: Le chiffre est basé sur une enquête de trois mois sur les données, qui comprend un examen de plus de 7.800 articles des bases de données de LexisNexis Academic et de NCR et des informations de BishopAccountability.org. Des rapports de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis ont également été utilisés.
Si la somme d'argent distribuée était répartie équitablement entre les 197 diocèses des États-Unis, chacun recevrait près de 20 millions de dollars.
Vatican forced to pay $4billion in compensation to child abuse victims
Une somme incroyable d'argent provenant de travailleurs qui soutiennent la bonne foi et les intentions de l'Église - des parents de petits garçons abusés sexuellement - est utilisée pour dissimuler des crimes insondables commis par des prêtres.
Au début des années 90, un moine qui travaillait au Vatican s'est ouvert au New Yorker, admettant: «Vous ne croiriez pas les sommes d'argent que l'église dépense pour régler ces cas d'abus sexuels sacerdotaux.» En 1992, les catholiques américains les diocèses ont donné 400 millions de dollars pour régler des centaines de cas de molestation. C'était un morceau choquant de changement alors, et ce chiffre a augmenté de façon exponentielle depuis. Les hommes qui dirigent le Vatican sont bien conscients du problème et pourtant ils refusent de rendre la justice.
Quand le pape François a parlé à des centaines d'évêques sur la question, il a dit:
Je me rends compte à quel point la souffrance de ces dernières années a pesé sur vous, et j'ai soutenu votre généreux engagement à apporter la guérison aux victimes - sachant que nous sommes guéris nous aussi - et à œuvrer pour que ces crimes ne se répètent jamais.
Ses paroles d '«engagement généreux» ne font que montrer à quel point l'Église est vraiment soudée - plus préoccupée par la réputation que par la moralité.
"Les gens à qui il parlait étaient les personnes qui ont laissé les pédophiles pour s'en prendre aux enfants", a déclaré John Salveson, un homme d'affaires de Philadelphie âgé de 59 ans qui a été abusé par un prêtre lorsqu'il était enfant.
 
Terry McKiernan, qui dirige BishopAccountability.org, a noté que le pape François a négligé le fait que de nombreux diocèses à travers le pays n'ont pas divulgué les noms des abuseurs et, en outre, continuent de faire pression contre les lois de prescription qui protègent les prêtres des poursuites pour crimes dans le passé.
David Clohessy, directeur exécutif du Réseau des survivants des personnes maltraitées par les prêtres, était jadis optimiste que François pousserait pour le changement dans la manière dont l'Église allait gérer le scandale, mais a depuis perdu espoir. "Il n'y a rien qu'il puisse dire qui serait utile, parce que les évêques catholiques ont déjà dit cela -" Je suis désolé, nous ne savions pas, nous allons nous améliorer. " Nous avons entendu cela depuis des décennies", a-t-il dit. . "C'est un pape qui a refusé de prendre des mesures pour exposer un prédateur ou punir un facilitateur. . . . Il pourrait simplement défroquer,  rétrograder, discipliner ou même dénoncer clairement un seul évêque complice. Il refuse, pas un seul. "
Pendant des centaines d'années, les enfants ont souffert de la part de prédateurs d’enfants qui restent en sécurité protégés par l'autorité et l'intégrité d'une foi honorable, mais les organisations, enquêteurs, journalistes, etc. continuent à sensibiliser, tandis que l'Église Catholique continue son combat pour bloquer les projets de loi qui prolongeraient le délai de prescription pour signaler un abus sexuel.

VOIR AUSSI :

Hannibal GENSERIC

Il suffit de lire les journaux ou d’écouter les bulletins de nouvelles afin de voir l’accomplissement des prophéties bibliques. Il y a eu plus d’accomplissements des prophéties pendant le vingtième siècle qu’à n’importe quel autre moment dans l’histoire de l’église. Nous croyons qu’il existe une excellente raison pour cela. Nous croyons que le moment approche rapidement où le Seigneur Jésus-Christ reviendra sur cette terre et prendra les royaumes de ce monde pour Lui-même.

Alors, nous allons tenter de vous montrer, à partir de la Parole de Dieu, l’ordre chronologique des événements prophétiques futurs. Autrement dit, nous allons tenter de vous enseigner une doctrine biblique fondamentale au sujet de Sa Seconde Venue. Nous vous prions de lire attentivement ces pages, en demandant au Saint Esprit de Dieu de vous conduire et de vous guider à travers les vérités dans Sa parole (Jean 16:13). Vérifiez toutes les références bibliques très soigneusement pour une meilleure compréhension. Que Dieu bénisse abondamment votre étude.

Le Prochain Royaume Juste

Le thème principal de la Bible est le Seigneur Jésus-Christ et le sujet principal est le royaume que son Père Lui a promis. Il y a beaucoup de prophéties bibliques qui parlent de ce roi et de ce royaume à venir. Certains se lisent comme suit :

« Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, ni le bâton souverain d’entre ses pieds, jusqu’à ce que vienne le Schilo, et que les peuples lui obéissent. » (Genèse 49:10)

« Pourquoi ce tumulte parmi les nations, ces vaines pensées parmi les peuples ? Pourquoi les rois de la terre se soulèvent-ils et les princes se liguent-ils avec eux contre l’Éternel et contre son oint ? Brisons leurs liens, délivrons-nous de leurs chaînes ! Celui qui siège dans les cieux rit, le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur parle de sa colère, il les épouvante dans sa fureur ; C’est moi qui ai oint mon roi sur Sion, ma montagne sainte ! Je publierai le décret ; L’Éternel m’a dit : Tu es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, les extrémités de la terre pour possession. » (Psaumes 2:1-8)

« Puis un rameau sortira du tronc d’Isaï, et un rejeton naîtra de ses racines. L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. Il respirera la crainte de l’Éternel ; Il ne jugera point sur l’apparence, Il ne prononcera point sur un ouï-dire. Mais il jugera les pauvres avec équité, et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre ; Il frappera la terre de sa parole comme d’une verge, et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. La justice sera la ceinture de ses flancs, et la fidélité la ceinture de ses reins. Le loup habitera avec l’agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau ; Le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira. »  (Ésaïe 11:1-6)

« Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où je susciterai à David un germe juste ; Il règnera en roi et prospérera, Il pratiquera la justice et l’équité dans le pays. »  (Jérémie 23:5)

De tels versets de l’Ancien Testament démontrent très clairement que Dieu a l’intention d’établir le Seigneur Jésus-Christ comme roi sur toute la terre. De nombreux rois se sont élevés et ont chuté à travers l’histoire, mais Dieu a en tête un ROI PARFAIT pour son Royaume promis.

Dans le Nouveau Testament, nous constatons que Dieu a encore ce royaume bien présent dans Ses plans. Dans le premier chapitre de Luc, aux versets 31 à 33, l’ange dit à Marie :

« Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin. »

Jean le Baptiste est venu prêcher que ce royaume était à portée de main dans Matthieu 3:2 et Jésus a également prêché ce message quand il a commencé à prêcher (Matthieu 4:17).

Pendant le vrai ministère du Christ, il a prêché la plupart du temps à son peuple, les Juifs (Matthieu 10:5-6; 15:24), parce qu’Israël est la seule nation que Dieu avait choisi depuis longtemps pour être une lumière étincelante pour ce monde perdu et mourant. Dans Ésaïe 62:1, Dieu dit, « Pour l’amour de Sion je ne me tairai point, pour l’amour de Jérusalem je ne prendrai point de repos, jusqu’à ce que son salut paraisse, comme l’aurore, et sa délivrance, comme un flambeau qui s’allume. » Dieu ne se reposera pas tant que Son peuple élu ne sera pas établi sur la terre comme une lampe brûlante (Genèse 15:17) pour ce monde perdu et mourant. En commençant par Abraham, dans le douzième chapitre de la Genèse, Dieu commence à se concentrer sur Son peuple élu afin d’enfanter son Roi pour le Royaume à venir. Toutes les promesses que Dieu a faites à Abraham et à ses descendants sont toujours en vigueur aujourd’hui et elles vont bientôt atteindre leurs accomplissements parce que le Royaume viendra.

Beaucoup enseignent que les promesses du Royaume ne sont désormais plus valides, parce que les Juifs ont rejeté le Christ, mais c’est un faux enseignement. Dans Actes 1:6-7, avant que Jésus ne monte au Ciel, les apôtres lui ont demandé au sujet de ce Royaume, en disant : « …Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? » Si les promesses du Royaume n’étaient plus valides, alors, Jésus le leur aurait affirmé, mais il leur a plutôt dit : « …Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. » Ainsi, le rejet du Christ par Israël n’annule pas les promesses de Dieu. Dieu va châtier les Juifs pour leur péché ; Puis, Il va rétablir le royaume d’Israël. (Psaumes 89:29-36)

Certains peuvent dire : « Si les juifs n’ont pas reçu leur roi, alors, comment Dieu peut-il restaurer le royaume ? Ceci ne met-il pas Dieu dans une sorte de cul-de-sac ? » Non, Dieu a un plan directeur. Il sait exactement ce qu’il va faire. Dans Hébreux 8:8-10, nous lisons certaines paroles intéressantes citées dans le chapitre 31 de Jérémie, aux versets 31 à 33 : « Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte, alliance qu’ils ont violée, quoique je fusse leur maître, dit l’Éternel. Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Éternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, je l’écrirai dans leur cœur ; Et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. »

Les mots « après ces jours-là » font clairement référence à une époque future où Israël sera converti au Seigneur Jésus-Christ. Paul nous dit dans Romains 11:25-27 qu’Israël a été aveuglée par le siècle présent, mais que « tout Israël sera sauvée » parce que Dieu « ôtera leurs péchés ». Dieu a promis un royaume pour Israël, alors, il y aura donc un royaume.

Puisque ce royaume n’a pas été établi à la première venue du Christ, il doit être établi à Sa Seconde Venue. Dieu savait que les Juifs rejetteraient Son Fils ; Ainsi, Il a prédéterminé que le sang du Christ versé sur le Calvaire servirait d’expiation pour les péchés du monde. Ceci a été le plan de Dieu pendant tout ce temps. Il fallait  venir dans le monde et payer pour les péchés de tous les hommes (Jean 1:29 ; Apocalypse 13:8). Donc, la première venue était celle de la souffrance et de la honte, mais la seconde venue sera celle de la gloire, de l’honneur et des louanges (1 Pierre 1:10-12). La première fois, Jésus a reçu une couronne d’épines, mais, quand il reviendra la seconde fois, il recevra de nombreuses couronnes (Apocalypse 19:12). Il était « l’agneau de Dieu » quand Il est venu la première fois, mais, Il sera le « lion de la tribu de Juda » lors de la seconde fois (Apocalypse 5:5). La première venue a donné Jésus-Christ au monde, mais, la seconde venue donnera le monde à Jésus-Christ ! Tout comme David a été choisi pour être le roi d’Israël de nombreuses années avant qu’il reçoive effectivement le royaume (1 Samuel 16), le Seigneur Jésus-Christ a été choisi pour prendre en charge les royaumes de ce monde et y régner comme le « Roi des rois » de Dieu (Apocalypse 11:15; 19:16).

Un « christianisme » sans une seconde venue serait une religion très égoïste, parce qu’elle prive Jésus-Christ de toutes les précieuses promesses de Dieu envers Lui. L’enseignement et la prédication de la seconde venue est très essentielle, parce qu’elle parle du Roi juste de Dieu revenant sur cette terre et prenant ce qui Lui appartient légitimement. Les chrétiens devraient s’en réjouir ! Le Seigneur Jésus-Christ, le Capitaine de votre salut (si vous êtes sauvés), sera bientôt de retour sur cette terre pour rétablir l’ordre et vous pouvez être du côté des gagnants !

Le point de vue pré-millénaire

Les quelques premiers versets du vingtième chapitre de l’Apocalypse parlent de ce Royaume à venir qui aura une durée de mille années. Le verset six dit que les saints régneront avec Christ pendant mille ans. Autrement dit, nous régnerons avec Lui pendant mille années littérales dans un Royaume terrestre littéral, physique et visible et ensuite, nous régnerons pour toujours dans de Nouveaux Cieux et une Nouvelle Terre (Apocalypse 5:10; 22:05; 11:15; chapitres 21 et 22).

De nos jours, beaucoup enseignent de fausses doctrines au sujet du Millénium (le règne de mille ans). Certains enseignent le point de vue « post-millénaire », estimant que l’humanité va devenir assez bonne pour inaugurer ce Royaume juste sans Jésus-Christ. Les partisans du postmillénarisme enseignent que l’influence de l’Église sur le monde deviendra de plus en plus forte et que le monde deviendra progressivement  meilleur jusqu’à ce que nous entrions tous dans un heureux âge d’or de paix et de prospérité. A la fin de cet âge utopique, le Seigneur Jésus-Christ est censée revenir pour récompenser l’Église pour son travail bien fait.

Une vision plus populaire est la vision « A-millénaire ». C’est un faux enseignement selon lequel il n’y aura pas de Millénium, seulement un « jugement général » un jour et c’est tout.

Les deux visions précédentes sont des hérésies, car la Bible enseigne qu’il y aura un Millénium et elle enseigne que le Millénium ne commencera pas avant le retour le Seigneur Jésus-Christ pour l’établir et y régner Lui-même. Cela signifie que seulement la vision « pré-millénaire » est correcte. C’est la doctrine selon laquelle  le Christ va revenir avant le Millénium pour détruire les méchants, prendre en charge les royaumes de ce monde et mettre en place le Royaume que Son Père Lui a promis. Les partisans du pré-millénarisme disent correctement qu’il n’y aura pas de paix mondiale tant que le Prince de la Paix ne sera pas revenu (Ésaïe 9:6). Le pré-millénarisme a une vision très négative envers le système mondial actuel, comme le fait la Bible, mais une perspective très positive envers l’apparition prochaine du Roi des rois. Un chrétien qui garde une vision pré-millénaire est un chrétien qui croit exactement ce que Dieu dit au sujet du don  de tous les royaumes du mon à son Fils bien-aimé.

Maintenant, avant que le millénium ne puisse commencer, il y a de nombreuses prophéties qui doivent être accomplies. Ces prophéties doivent être correctement divisées (2 Timothée 2:15), sinon la confusion et les hérésies prévaudront. Nous devons étudier les prophéties bibliques, verset par verset, en laissant le Saint-Esprit nous guider dans toute cette vérité (Jean 16:13). Maintenant, nous allons examiner certains des événements les plus importants dans les prophéties bibliques.

La restauration d’Israël

Dieu ne peut pas établir son Fils en Israël comme Roi des Juifs à moins que les Juifs ne vivent en Palestine, leur terre promise.   C’est alors le plan de Dieu que de restaurer les Juifs en Palestine avant la Seconde Venue du Christ :

« L’Éternel est vivant, Lui qui a fait monter les enfants d’Israël du pays du septentrion et de tous les pays où il les avait chassés ! » (Jérémie 16:15)

« Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël ; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, dit l’Éternel, ton Dieu. » (Amos 9:14-15)

Parce qu’Israël a rejeté le Christ, Dieu a permis aux Romains de détruire Jérusalem en 70 après Jésus-Christ et les Juifs ont été dispersés parmi les nations du monde des Gentils. Depuis, ils ont déambulé d’une nation à l’autre en endurant de cruelles persécutions. Cependant, vers la fin des années 1800, une chose remarquable a commencé à se produire. En grand nombre, les Juifs ont commencé à revenir en Palestine et en 1887 ils ont fait des déclarations officielles selon quoi ils avaient l’intention de reprendre possession de leur patrie !

Lorsque la Première Guerre Mondiale a commencé en 1914, il y avait 80000 juifs vivant en Palestine. La Déclaration de Balfour de la Grande-Bretagne de 1917 a donné une forte approbation en faveur de l’établissement d’un foyer national pour les Juifs, mais la Grande-Bretagne a reculé à cause de la pression arabe. Néanmoins, 400,000 juifs s’étaient déjà installés en terre promise en 1939.

Satan a vu ce qui se passait. Il savait que le Seigneur rassemblait les Juifs pour une seule raison et il connaissait cette raison : La Seconde Venue du Christ. Alors, Satan a amené Adolf Hitler à assassiner six millions de personnes du peuple choisi par Dieu. Ce fût  une action purement et simplement motivée par la  haine et la  vengeance. Ce massacre massif a créé assez de sympathie pour les Juifs que les Nations Unies ont accordé 5000 miles carrés de terres palestiniennes pour eux après la Seconde Guerre Mondiale. Puis, en 1948, Israël est devenu une nation indépendante pour la première fois depuis plusieurs siècles ! Les Arabes ont combattu violemment afin de détruire Israël, mais sans succès. Dieu veut que Son peuple soit en Palestine (Amos 9:14-15), parce que le Seigneur Jésus-Christ doit revenir bientôt. Pendant la Guerre des Six Jours de 1967, Israël a même pris possession des environs de l’ancien temple et des plans sont actuellement en cours pour reconstruire le temple.

Jésus a comparé Israël à un « figuier » dans Matthieu 24:32-34 et Il a assimilé la restauration d’Israël à un figuier produisant des feuilles. Il a dit qu’Il reviendrait au cours de la même génération qui sera témoin qu’Israël produise des feuilles en tant que nation. Nous vivons dans cette génération ! Aujourd’hui, il y a environ quatre millions de Juifs qui vivent en Palestine. Nous avons vu les Juifs retourner en Palestine et nous avons vu prospérer la nation d’Israël. Il n’y a qu’une seule raison pour tout ceci : Le Seigneur Jésus-Christ revient bientôt !

L’enlèvement de l’Église

Jusqu’à maintenant, nous avons dit très peu de choses sur l’Église, parce que les prophéties bibliques traitent principalement  d’Israël.  Mais, l’Église est également très importante. En fait, l’Église a une relation très spéciale avec le Christ : Elle est son épouse (Ephésiens 5:25-32, Apocalypse 19:7-9).

Avant que Dieu ne puisse centrer toute son attention sur Israël, il doit accomplir certaines promesses qu’Il a faites à l’Église. Alors qu’Il a passé les deux mille dernières années à châtier Israël pour ses désobéissances, Il a également appelé une épouse de Gentils pour le Seigneur Jésus-Christ. Tout comme Joseph a trouvé une épouse parmi les Gentils, alors qu’il était séparé de ses frères (Genèse 41:45), Jésus trouve une épouse parmi les Gentils, alors qu’Il est séparé des Juifs. Il est vrai que beaucoup de Juifs ont été sauvés en recevant le Christ, mais ce n’est pas le cas pour la plupart d’entre eux. L’Église se compose essentiellement de Gentils convertis. Dieu est en train de prendre d’entre les païens un peuple pour son nom, puis, Il reprendra à nouveau ses relations avec Israël comme nation. Remarquez ce que la Bible dit dans Actes 15:14-16 :

« Simon a raconté comment Dieu a d’abord jeté les regards sur les nations pour choisir du milieu d’elles un peuple qui portât son nom. Et avec cela s’accordent les paroles des prophètes, selon qu’il est écrit : Après cela, je reviendrai, et je relèverai de sa chute la tente de David, j’en réparerai les ruines, et je la redresserai. »

Dans un proche avenir, Dieu poussera Israël à travers une période de temps très troublante connue comme les « grandes tribulations » (Matthieu 24:21), mais, les chrétiens n’auront pas à endurer ces tribulations. Paul nous dit dans 1 Thessaloniciens 1:10 que l’Église attend le Seigneur du ciel et non pas les Grandes Tribulations, parce qu’Il nous a délivrés de la colère à venir. 1 Thessaloniciens 5:9 dit que Dieu ne nous (chrétiens) a pas assujettis à la colère, mais à obtenir le salut par le Christ. Ceux qui sont « nés de nouveau » (Jean 3:3) seront bientôt «emportés» au ciel sans passer par la mort. Remarquez ce que la parole de Dieu dit :

« Voici, je vous dis un mystère : Nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. » (1 Corinthiens 15:51-52)

« Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles. » (1 Thessaloniciens 4:16-18)

C’est une « consolation » pour les chrétiens d’avoir cette promesse bénie. Ce ne serait pas une grande consolation si les chrétiens devaient passer à travers les Grandes Tribulations. Notre Seigneur miséricordieux enlèvera Son ‘Église hors de ce monde avant le commencement des tribulations. Après tout, l’Église n’a jamais été vraiment une partie de ce système mondial diabolique de toute façon (Jacques 4:4 ; Romains 12:2; Colossiens 3:2). Nous ne faisons que passer par ce monde pour aller vers une bien meilleure place (Galates 4:26) et nous partirons très bientôt ! Qu’en pensez-vous ?

Ce grand départ des saints est décrit  à plusieurs reprises dans la Bible. Tout comme Dieu a pris Hénoch hors du monde avant le déluge (Genèse 5:24 ; Hébreux 11:5), Il prendra son Église hors du monde avant les Tribulations. Tout comme Dieu a délivré Lot et sa famille des jugements violents sur Sodome (Genèse 19:22-24), Il délivrera ses saints du jugement à venir des Grandes Tribulations. Comme tout père responsable, Dieu prendra bien soin de ses enfants. Il détruira les enfants du diable (Jean 8:44 ; 1 Jean 3:10), mais ses propres enfants seront en sécurité. Comme Psaumes 145:20 nous l’assure : « L’Éternel garde tous ceux qui l’aiment, et il détruit tous les méchants. »

Cet appel à l’Église est communément appelé « l’Enlèvement » en raison de la nature rapide et surprenante dans laquelle elle se produira. Le monde sera en état de choc quand des millions de chrétiens disparaîtront soudainement de la surface de la terre ! Les autoroutes, les métros, les aéroports et les rues seront dans une pagaille totale lorsque des milliers et des milliers de conducteurs disparaîtront soudainement de leurs sièges ! Par ailleurs, des millions de personnes seront tuées immédiatement.

Ceux qui restent en vie seront en état de choc en recherchant leurs proches parmi toutes les voitures démolies et les bâtiments. Les communications seront également fortement perturbées, parce que beaucoup de personnes clés de la communication seront pris dans l’Enlèvement.

Les opportunistes vont ajouter à la confusion en pillant et en tuant. Ils estimeront que lors d’une telle urgence, ils pourront s’en tirer avec n’importe quoi. Il y aura le chaos dans le monde entier!

Les autorités peuvent tenter d’expliquer les millions de personnes disparues, mais ne vous y trompez pas : Dieu les aura pris ! Il a promis qu’Il appellerait les gens de son peuple, alors, Il va les enlever. C’est tout ce qu’il y a à dire.

Beaucoup de gens rigolent et font des blagues à propos de cette doctrine biblique, mais, un jour viendra où les rigolades cesseront. Noé était un prédicateur de la justice qui a probablement subit beaucoup de moqueries et de railleries de ce monde lorsqu’il construisait l’arche sur un terrain bien sec, mais les moqueries ont cessé lorsque les eaux ont commencé à monter. Dieu a été fidèle à sa parole à cette époque et Dieu sera encore fidèle à sa parole aujourd’hui et toujours. Jésus revient bientôt et nous serons soit enlevés à sa rencontre ou laissés derrière pour endurer les Grandes Tribulations. Le choix est le nôtre.

Le siège de jugement du Christ

Lorsque les chrétiens auront été enlevés dans le Ciel, nous allons comparaître devant le siège du jugement du Christ pour être jugés par le Seigneur pour nos actions chrétiennes. Paul a écrit au sujet de ce jugement dans Romains et dans Corinthiens :

« Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Où toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu. » (Romains 14:10)

« Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée ; Car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ; Pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu. »  (1 Corinthiens 3:11-15)« Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps. »   (2 Corinthiens 5:10)

Comme ces versets le révèlent, un chrétien n’est pas jugé pour déterminer son destin éternel. La destinée éternelle d’un chrétien est établie au moment où il reçoit Jésus-Christ comme son Sauveur. Le siège de jugement du Christ est pour juger les actions du chrétien sur cette terre. Les récompenses seront donnés à certains, tandis que d’autres perdront ces récompenses (2 Jean 8), mais, personne n’est destiné aux enfers à ce jugement.

Après le siège du jugement du Christ, nous (les chrétiens) attendrons avec le Seigneur dans le ciel jusqu’à la fin des Grandes Tribulations sur terre. Nous allons ensuite prendre part aux Noces de l’Agneau et au banquet des Noces de l’Agneau (Apocalypse 19:7-9). C’est lorsque le Seigneur Jésus-Christ et Son Épouse, l’Église, seront officiellement unis.

Nous allons ensuite revenir sur la terre avec le Seigneur et Il détruira les méchants et établira le Royaume Millénaire et Ses saints régneront avec Lui sur la terre pendant mille ans (Apocalypse 20:1-7).

Les Grandes Tribulations

Jésus a dit dans Matthieu 24:21 : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. »

Ce sera pendant ce court laps de temps que le diabolique Antichrist montera en puissance et deviendra le dictateur du monde. Il trompera presque tout le monde à leur faire croire qu’il est la réponse à leurs nombreux problèmes (Apocalypse 13:3). Ceux qui rejettent la vérité, aujourd’hui, tomberont à cause de ses mensonges dans les tribulations, parce que Dieu leur enverra « une puissance d’égarement » pour qu’ils croient au mensonge (2 Thessaloniciens 2:11-12). L’Antéchrist aura des pouvoirs surnaturels et un grand charisme. Les gens le suivront volontiers (Apocalypse 13:5, 13-14; 2 Thessaloniciens 2:7-10).

Tous les événements horribles des chapitres six à dix-neuf de l’Apocalypse se produisent pendant les Tribulations. En fait, la plupart de ces événements se produisent pendant une période de 42 mois, ce qui est la dernière moitié des Tribulations (Apocalypse 11:2; 13:5). Il y aura la guerre, la famine et la mort (Apocalypse 6,2-8). Satan aura le pouvoir de tuer un quart de la population de la terre (Apocalypse 6:8) et beaucoup de ceux qui choisiront de suivre le Christ à ce moment seront tués (Apocalypse 6:09 ; 20:4). Il y aura de grands séismes (Apocalypse 6:12), des changements impressionnants dans le ciel (Apocalypse 6:13-14; 8:8, 12) et les hommes seront tourmentés pendant cinq mois par les horribles locustes du neuvième chapitre de l’Apocalypse. En plus de tout cela, Satan et ses anges seront jetés sur la terre (Apocalypse 12:9).

Lorsque Satan aura été jeté sur la terre, il s’incarnera en un homme pour devenir l’Antéchrist. Tout comme Jésus a été « Dieu manifesté dans la chair », l’Antéchrist sera Satan manifesté dans la chair. Selon Apocalypse 13:16-18, cette « bête » (Antéchrist) forcera chacun à recevoir une marque sur leur main droite ou sur leur front. Cette marque permettra aux gens d’acheter et de vendre et personne ne pourra acheter et vendre sans elle. Le nombre « 666 » sera connecté avec la marque et les cartes de crédit, les chèques et les cartes de débit deviendront inutiles, tandis que les périphériques de numérisation informatique dans les magasins garderont une trace des débits et des crédits des comptes bancaires. Chacun devra accepter la Marque de la Bête et l’enfer attend ceux qui le feront (Apocalypse 14:11).

L’Union Soviétique poursuivra avec ses « réformes démocratiques » et les Communautés Européennes seront également unifiées avec leurs « États-Unis de l’Europe », comme ils l’ont rêvé depuis si longtemps (Apocalypse 17:12-13). Le monde va penser que la paix universelle aura été atteinte. L’Antéchrist sera à la tête du « Nouvel Ordre Mondial » mentionné par tant de gens aujourd’hui. Il va même confirmer un traité de paix de sept ans avec la nation d’Israël (Daniel 9:27). Tout le monde va penser que la paix et la sécurité seront enfin arrivés, mais la Bible dit, « Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. » (1 Thessaloniciens 5:3) Satan, le « dieu de ce monde » dirige ce monde dans un piège qui va damner des milliards de gens aux enfers à jamais (Apocalypse 12:9).

Au milieu des Tribulations, l’Antichrist se retournera contre Israël (Daniel 9:27). Il entrera dans le temple reconstruit à Jérusalem pour s’asseoir dans le Lieu Saint et demander à être adoré comme Dieu (2 Thessaloniciens 2:3-4). Satan désirait que Jésus l’adore dans Matthieu 4:9 et il aura le monde pour l’adorer pendant les Tribulations. Ceux qui refuseront seront tués (Apocalypse 6:09; 20:4).

Cependant, Dieu préservera le reste des Juifs fidèles durant cette période (Apocalypse 12:6 ; Osée 2:14-17), car Il a toujours l’intention d’envoyer Jésus pour établir le Royaume promis. L’Antéchrist pensera qu’il aura pris le plein contrôle et que rien ne pourra l’arrêter. Les humanistes, les libéraux et les adeptes du Nouvel Âge penseront qu’ils ont finalement gagné dans leur lutte pour effacer toutes traces des croyants chrétiens dans la Bible. Alors que Satan rigolera à la face de Dieu, en pensant qu’il aura gagné et que les royaumes de ce monde n’appartiendront jamais au Seigneur Jésus-Christ, tous les anges du ciel se réjouiront, car le plus grand spectacle sur terre ne fera  que commencer !

Second Avènement du Christ

« Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; Sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; Il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même ; Et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; Il les paîtra avec une verge de fer ; Et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Et je vis un ange qui se tenait dans le soleil. Et il cria d’une voix forte, disant à tous les oiseaux qui volaient dans le milieu du ciel : Venez, rassemblez-vous par le grand festin de Dieu, afin de manger la chair des rois, la chair des chefs militaire, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands. Et je vis la bête, et les rois de la terre, et leurs armées rassemblées pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. Et la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête et adoré son image. Ils furent tous les deux jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre. Et les autres furent tués par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui était assis sur le cheval ; Et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair. » (Apocalypse 19:11-21)

« Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire. »  (Matthieu 24:29-30)

« Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Éternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que toutes les nations y afflueront. Des peuples s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Éternel. Il sera le juge des nations, l’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes ; Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre. »  (Ésaïe 2:2-4)

« Le septième ange donna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; Et il règnera aux siècles des siècles. »  (Apocalypse 11:15)

Ce ne sont que quelques-unes des nombreuses prophéties accomplies lorsque Jésus reviendra sur cette terre pour s’emparer des royaumes de ce monde. Ce sera une période de justice et de jugement sur la terre. L’Antéchrist et le Faux Prophète seront jetés dans l’étang de feu (Apocalypse 19:20) et Satan lui-même sera enchaîné dans le « puits sans fond » pour la durée du royaume millénaire (Apocalypse 20:1-7). Les nations de la terre seront jugées par le Seigneur Jésus-Christ et certaines seront admises dans le Royaume, tandis que d’autres n’y seront pas admises (Matthieu 25:31-46 ; Joël 3:1-2).

Une fois que toute la méchanceté aura été vaincue, le Seigneur Jésus-Christ régnera sur la terre dans la justice à partir de Son trône de gloire, à Jérusalem. Il sera le Roi de tous les rois et toutes les nations Lui seront soumises. Le Royaume viendra et le Roi des rois règnera.

Le Règne Millénaire

Ce sera le grand « âge d’or » que les anciens philosophes ont seulement rêvé. Ce sera le Nouvel Ordre Mondial de Dieu, plutôt que celui de l’homme. Ce sera une période de paix dans le monde, parce que le Prince de la Paix dirigera le monde dans la justice (Ésaïe 9:6 ; Luc 1:32 ; Ésaïe 2:2-4).

Il n’y aura qu’une seule religion pendant le Millénium. Ceux qui refuseront d’adorer le Christ seront punis (Zacharie 14:16-19).

Les gens seront heureux pendant cette période, parce que Satan ne sera plus là pour les tenter. Les malédictions du chapitre trois de la Genèse seront levées et les hommes vivront à nouveau pendant longtemps comme ils le faisaient dans les jours d’Adam, de Noé et de Mathusalem (Ésaïe 33:24 ; 65:20).

Il y aura de meilleures conditions agricoles et météorologiques (Ésaïe 30:23-26 ; Amos 9:13-15 ; Joël 2:19-24 ; Ézéchiel 36:29-30) et les animaux sauvages deviendront apprivoisés (Ésaïe 11:6-9 ; Romains 8:20-21).

Les soi-disant « tribus perdues » d’Israël seront entièrement restaurées dans leurs propres divisions terrestres (Ézéchiel 36-48). Jérusalem sera la capitale du monde (Jérémie 3:17 ; Michée 4:8) et les actions violentes du terrorisme arabe ne seront plus tolérées. La justice sera exécutée dans la terre comme jamais auparavant. La bonté surmontera le mal. Les choses seront faites sur la terre comme elles le sont dans le ciel (Matthieu 6:10). Le Christ et ses saints régneront sur la terre pendant mille ans !

Êtes-vous prêts ?

Il n’y a pas assez d’espace dans un article comme celui-ci pour couvrir toutes les raisons pour lesquelles nous croyons que le retour du Seigneur est aussi proche. Notre article sur les Signes des Temps couvre ce sujet plus en détails et est disponible gratuitement. Ce que nous voudrions c’est vous faire prendre conscience de  votre salut personnel. Vous êtes-vous déjà détournés de vos péchés et avez-vous déjà reçus le Seigneur Jésus-Christ comme votre Sauveur ? La Bible dit, « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3:16)

Beaucoup ont l’idée que nos bonnes œuvres peuvent nous sauver et nous faire entrer dans le Ciel, mais la Bible dit que ce n’est pas le cas :

« Selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, pas même un seul. » (Romains 3:10)

« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » (Romains 3:23)

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres afin que personne ne se glorifie. » (Ephésiens 2:8-9)

Nous n’avons pas vraiment de « bonnes » œuvres, parce que nous sommes tous pécheurs par nature. Nous sommes nés dans ce monde en tant que pécheurs (Psaumes 51:5), c’est pourquoi Jésus a dit que nous devions « naître de nouveau » (Jean 3:3).

Cette nouvelle naissance nous est donnée gratuitement et a été rendue possible lorsque le Christ est mort et a versé son sang sur le Calvaire pour nos péchés. En recevant Jésus-Christ comme votre Sauveur, en mettant votre  confiance uniquement en Lui pour vous sauver, vous pouvez être nés de nouveau. Vous pouvez avoir la vie éternelle AUJOURD’HUI MÊME par la foi en Jésus-Christ. Romains 10:13 dit : « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » Romains 10:9-10 dit : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est croyant du cœur qu’on parvint à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut. »

Pourquoi ne pas vous détourner de vos péchés dès maintenant et demander au Seigneur de sauver votre âme ? Recevez Jésus-Christ comme votre Sauveur et servez-Le fidèlement jusqu’à son retour.

Que le Seigneur vous trouve prêt à le rencontrer lorsqu’Il reviendra.

http://www.biblebelievers.com/jmelton/second.html

ÉSAÏE 17-18, La racine, la pousse et le fruit de Jessé.

ÉSAÏE 17-18

Par Jeff – Le 4 mai 2018

Dans la première partie, nous avons abordé Ésaïe 17 de manière exhaustive et nous avons établi la trame de fond cruciale du livre d’Ésaïe, l’arrivée tant attendue du Messie, la Semence ultime de la Femme (Genèse 3:15).  Enterré profondément dans un chapitre qui est communément cité pour la destruction complète de Damas, il y a une prophétie de la fin des temps du jugement d’Israël et une évasion gracieuse pour une « branche » greffée des Gentils.

Souvenez-vous qu’Ésaïe 17 et 18 sont reliés ensemble par des images de moisson constantes, et nous nous sommes arrêtés à 17:11, le récit de la moisson disparue des Gentils.  Dans cette partie, nous couvrirons 17:12 ; 18:7 (une unité complète qui lui est propre) et examinerons comment cette section s’intègre dans la grande image.  Ensuite, nous verrons comment le mystère de la moisson disparaît à mesure que le livre d’Isaïe progresse.  Enfin, nous examinerons les implications passionnantes d’une moisson précoce pour le Corps du Messie, l’Église.

Un bref aperçu de 17:12 ; 18:7

En accord avec le thème de notre étude (les métaphores botaniques du Messie), j’ai cité un verset clé qui se rapporte à Ésaïe 18 d’une manière majeure.  Je le posterai encore pour le garder en tête :

« En ce jour, le rejeton d’Isaï sera là comme une bannière pour les peuples ; Les Nations se tourneront vers lui, et la gloire sera sa demeure. »             (Ésaïe 11:10)

Alors que la prophétie de 17:12 ; 18:7 progresse, la scène passe progressivement du jugement rapide de Dieu contre les nations à une vision encourageante du Royaume Millénaire, un temps où les Gentils survivants qui sortent des  Tribulations vont monter et adorer le Seigneur à Jérusalem (Mont Sion).

Voici un bref aperçu d’Ésaïe 17:12 ; 18:7 avec un commentaire :

  1.     Ésaïe 17:12-14 – Après la moisson disparue de 17:11, le monde se décolle au verset 12.  Les nations se déchaînent « comme le rugissement des mers », et les parallèles bibliques abondent ; Par exemple, Psaumes 2:1-2 et Luc 21:25. Voir aussi les indicateurs des Tribulations de Matthieu 24:6-7, Luc 21:9-10 et Apocalypse 6:3-4.  À la vu de tous les terribles jugements qui vont arriver à Israël pendant les Tribulations, le verset 14 est une parole de consolation pour le peuple de Dieu (Psaume 30:5).  Le prophète parle pour le reste du futur d’Israël, quand il écrit : « Voila le partage de ceux qui nous dépouillent, le sort de ceux qui nous pillent. » (Ésaïe 17:14)
  2.     Ésaïe 18:1-3 – Si votre Bible a un en-tête avant le chapitre 18 qui lit quelque chose comme, « Oracle contre Cush » ou « Malheur à l’Éthiopie », alors, prétendez que ce n’est pas là.  Ce sont des résumés trompeurs qui ne tiennent pas compte des détails dans le texte.  La nation exacte « craint de près et de loin » (verset 2) n’est pas explicitement nommée, et le verset 1 se borne à déclarer : « La terre … au-delà des fleuves de l’Éthiopie ».  Il ne dit pas que           « Cush » est la terre, en particulier.

Quel que soit le cas concernant l’identité de la nation, tous les habitants de la terre sont abordés dans ce passage prophétique.  Et ainsi, « la terre au-delà des fleuves de l’Éthiopie » est un échantillon représentatif de tous les gens qui vont être atteints avec l’évangile même « jusqu’aux extrémités de la terre » (Ésaïe 49:6, 22 ; 52:7-10 ; Actes 1:8).  Rappelez-vous Ésaïe 11:10 : La racine de Jessé est la bannière dressée et vue par tous au moment « où la trompette sonne » (Ésaïe 18:3).

* NOTE : Les « messagers rapides » du verset 2 qui sont envoyés aux nations pourraient être interprétés comme des agents divins envoyés par l’Éternel Lui-même pour aider à récolter la moisson.  Après tout, le mot hébreu pour « anges » est malachim, et la LXX a aussi des « anges » [Grec aggelos].  À la lumière du contexte général d’une récolte de la fin des âges, il serait logique que ces              « anges » soient les mêmes que ceux qui accompagnent le Messie quand Il reviendra sur la terre (Matthieu 13:39, 41-42).

  1.     Ésaïe 18:4-7 – Le Seigneur de la moisson achève Son œuvre dans les champs (Matthieu 9:38).  Cette scène rappelle plusieurs passages des Écritures qui traitent de la moisson de la fin des âges.  C’est à la fois une moisson de jugement (versets 5-6) et une moisson de miséricorde (verset 7).  Sur la base de la révélation du Nouveau Testament, nous pouvons assimiler cette scène dans Ésaïe 18 à la séparation des brebis et des chèvres (Matthieu 25:31-33).  Les versets 5 et 6 me rappellent aussi des passages comme Ézéchiel 39:4, 17-20 et Apocalypse 19:17-21.  Ézéchiel et Ésaïe affirment tous deux que c’est à cette époque, la moisson de la fin des âges, que tout le monde saura que le seul vrai Dieu est l’Éternel, le Saint d’Israël (Ésaïe 17:7, 18:3 ; Ézéchiel 39:7, 21-23).

Le verset 7 donne un aperçu du règne millénaire de Christ sur la terre depuis son trône à Jérusalem (Mont Sion).  Alors que d’autres passages des Écritures affirment que les Gentils apporteront des dons matériels au Messie pendant le Millénium (Psaumes 68:29 , 76:11-12 , Ésaïe 60:5-7, 11 ; Zacharie 3:10), ce texte peut effectivement indiquer que les gens eux-mêmes sont le cadeau apporté au Mont Sion et présenté à l’Éternel comme une offrande.

Voici quelques points à l’appui de l’interprétation des êtres humains comme le   « cadeau » apporté au Mont Sion, au verset 7 :

  1.      Le texte Massorétique se lit comme suit : « À ce moment-là, un don sera apporté à l’Éternel des armées : Un peuple grand et à la peau lisse … »  Votre Bible peut avoir « de » entre parenthèses avec une note : La préposition se trouve dans la deuxième clause, mais pas la première.  C’est un appel difficile sur celui-ci, mais, un scribe peut avoir ajouté la préposition pour une lecture plus douce grammaticalement.
  2.      La description du peuple dans le verset 7 est un parallèle exact avec la description dans le verset 2.  Si les « messagers rapides » du verset 2 sont des anges célestes, alors, peut-être que les anges sont les moyens par lesquels les gens du verset 7 sont amenés au Mont Sion et présentés à l’Éternel.
  3.       Un don/offrande de personnes, spécifiquement des Gentils, apporté à l’Éternel pendant le règne millénaire est également représenté dans Ésaïe 56:6-7 et 66:20-21.

Ce concept d’une offrande sacerdotale de personnes choisies parmi les nations est important, et nous y reviendrons plus tard.  Il y a un accomplissement partiel des passages comme Ésaïe 18:7 ; 56:6-7 ; 66:20-21 dont parle l’apôtre Paul en référence à cet âge actuel de l’Église.

Ésaïe 17-18 : Une revue thématique de la moisson de la fin des temps par le Seigneur

Avant de passer à ces deux chapitres, je récapitulerai et résumerai l’image qui s’est développée jusqu’ici dans cette étude.  Dans l’ensemble, un thème majeur a émergé qui relie ces deux chapitres ensemble : La récolte finale de la fin des temps.  Et, le reste du récit biblique confirme que l’Éternel a fixé un temps pour une moisson hâtive et tardive, chacune dans son propre ordre (Église, Israël, Nations).

Comme des histoires élaborées avant que les acteurs n’écrivent le scénario en direct, Ésaïe fournit quelques captures d’écran de la récolte des derniers jours dans les chapitres 17-18 :

Scène d’ouverture : Les suites (17:1-9) : Une vue panoramique des retombées des Tribulations, lorsque les survivants rendent gloire au Saint d’Israël.

Scène 2 : Le retour en arrière (17:10) : La trame de fond et la raison du jugement extrême de Dieu sur Son peuple, Israël a rejeté son Rocher ; Par conséquent, les Gentils seront greffés et récoltés en premier.

Scène 3 : Le tournant (17:11) : Une fois incorporés et fusionnés avec la                    « semence » messianique, les Gentils atteignent leur pleine maturité grâce à leur Racine.  Au jour du jugement, Israël souffre à mesure que la Récolte précoce disparaît.

Scène 4 : L’inondation de la fin (17:12-14) : Avec l’enlèvement de l’influence de Dieu, les nations se meuvent et se déchaînent jusqu’à ce que le Saint d’Israël cesse rapidement le chaos et la rébellion dans le monde.  Les Troubles de Jacob sont terrifiants, mais, prendront fin bientôt.  Ce sera semblable à une tempête passagère dans la nuit, puis, arrive le matin du royaume du Messie.

Scène de clôture : La racine de Jesse revient au pouvoir (18:1-7) : Le Messie, la racine et la progéniture de David, revient sur terre avec Ses armées célestes. C’est l’heure fixée pour la récolte tardive, et il est temps de séparer les brebis des chèvres.  Les survivants des nations seront présentés comme une offrande à l’Éternel, qui règne sur toute la terre à partir de Jérusalem.

Ces deux chapitres plein d’action dans Ésaïe, alors que seulement un croquis miniature dans la grande histoire des Écritures, confirment le modèle bien établi et la séquence des événements majeurs de la fin des temps : Nous avons la Résurrection et l’Enlèvement de l’Église dans 17:11 (moisson hâtive), suivi par la période des Troubles de Jacob dans 17:12-14 (Restant Sauvé), et la fin des  Tribulations au début du Règne Millénaire dans 18:1-7 (Récolte tardive).

Étant donné que la plupart d’entre vous qui prennent le temps de lire ceci sont des membres du Corps du Christ et des « branches étranges » attachées à la vraie Vigne et à la Semence messianique, je suppose que vous voudrez savoir si le cas curieux de la moisson disparue apparaît ailleurs dans le livre d’Ésaïe.

Voyons voir si nous pouvons reconstituer le reste de l’histoire …

Les premières récoltes disparues apparaissent à nouveau

Premièrement, un rappel : Dans toute la Bible, Israël/Sion est considérée comme une « femme » et est souvent associée à « la terre » ou « la planète » (en revanche, les païens/nations sont « la mer »).  Ceci est important à saisir, car lorsque nous reconstituerons l’histoire de la première moisson disparue dans Ésaïe, nous devrions également prendre note du lien étroit entre Israël et l’Église.

En parcourant les passages suivants, notez comment les métaphores fusionnent et se mélangent dans la mesure où la « femme/terre » sera décrite à la fois comme « donnant naissance » et « produisant une moisson ».  Le terme              « semence » [Hébreux zera ; Grec sperma], explicitement ou implicitement, est le dénominateur commun de ces versets.  La raison en est que « semence » peut décrire poétiquement à la fois la progéniture humaine et la vie végétale.  Lorsque la « semence » est complètement mature, le résultat est une métaphore de résurrection/glorification à deux volets : Une « naissance » de l’utérus et une « naissance » de la terre.

Voici les pièces clés du puzzle de la moisson précoce d’Ésaïe dans l’ordre d’apparition :

Pièce no 1 : Les graines germées et la moisson disparaît (Ésaïe 17:11)

« Lorsque tu les plantas, tu les entouras d’une haie, et bientôt tu les fis venir en fleurs, mais la récolte a fui, au moment de la jouissance : Et la douleur est sans remède. »

Pièce no 2 : La résurrection/récolte des morts se cache (Ésaïe 26:19-20)

« Que tes morts revivent !  Que mes cadavres se relèvent !  Réveillez-vous et tressaillez de joie, habitants de la poussière !  Car ta rosée est une rosée vivifiante, et la terre redonnera le jour aux ombres.  Va, mon peuple, entre dans ta chambre, et ferme la porte derrière toi ; Cache-toi pour quelques instants, jusqu’à ce que la colère soit passée. »

Pièce no 3 : La résurrection du Messie (premiers fruits) et sa semence à suivre (Ésaïe 53:10-12)

« Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l’œuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains,  A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquité. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort. »

Pièce no 4 : La naissance du fils (homme) avant le travail/tribulations d’Israël (Ésaïe 66:7-8)

« Avant d’éprouver les douleurs, elle a enfanté ; Avant que les souffrances lui vinssent, elle a donné le jour à un fils.  Qui a jamais entendu pareille chose ?  Qui a jamais vu rien de semblable ?  Un pays peut-il naître en un jour ?  Une nation est-elle enfantée d’un seul coup ?  A peine en travail, Sion a enfanté ses fils ! »

Dans toutes les quatre pièces du puzzle, nous voyons une naissance/résurrection du Messie et/ou de sa semence (corps).  Les pièces 1, 2 et 4 se réfèrent tous au même événement : La résurrection avant les Tribulations et l’Enlèvement de l’Église.  La pièce 3 est la première phase essentielle : La « naissance » du Messie de la terre (résurrection) et la promesse assurée d’une dynastie (semence/progéniture).  L’Apocalypse du Nouveau Testament développe davantage ces métaphores de la résurrection en se référant au Messie comme     « le premier-né des morts » (Colossiens 1:18, Apocalypse 1:5) et « les premiers fruits de ceux qui se sont endormis » (1 Corinthiens 15:20).

Une autre révélation du point de vue d’Ésaïe aide certainement à combler les lacunes et à compléter l’image de la première récolte qui disparaît.  Pourtant, même sans le Nouveau Testament, vous pouvez toujours prêcher et enseigner la Résurrection avant les Tribulations et l’Enlèvement de l’Église avec des preuves venant d’Ésaïe seul !

La Présentation à la Pentecôte (Un cadeau de notre Grand Souverain Sacrificateur)

Maintenant que nous avons couvert Ésaïe 17-18 et reconstitué l’histoire de la première moisson disparue, concluons cette étude en revisitant un concept abordé plus tôt dans notre discussion d’Ésaïe 18:7.  Bien que ce verset se rapporte à une offrande de Gentils apportés à l’Éternel à la fin des Tribulations et au début du Règne Millénaire, il y a un accomplissement partiel qui a lieu durant cet âge actuel de l’Église.

L’apôtre Paul relie les points pour nous dans Romains 15:15-18 :

« Cependant, à certains égards, je vous ai écrit avec une sorte de hardiesse, comme pour réveiller vos souvenirs, à cause de la grâce que Dieu m’a fait d’être ministre de Jésus-Christ parmi les païens, m’acquittant du divin service de l’Évangile de Dieu, afin que les païens lui soient une offrande agréable, étant sanctifiée par l’Esprit-Saint.  J’ai donc sujet de me glorifier en Jésus-Christ, pour ce qui regarde les choses de Dieu.  Car je n’oserais mentionner aucune chose que Christ n’ait pas faite par moi pour amener les païens à l’obéissance, par la parole et par les actes. »

Gardez à l’esprit que Paul accorde le crédit lorsque le crédit est dû.  Il se glorifie en Jésus-Christ pour son travail à travers lui pour sanctifier une offre acceptable de païens.  Le langage de l’apôtre révèle sa profonde connaissance de la Torah et de toutes les « ombres » des lois Lévitiques qui pointent vers le Christ et l’accomplissement des fêtes de l’Éternel (Lévitique 23, Colossiens 2:16-17).

Le versement initial de l’Esprit a été donné à la Pentecôte (Actes 2:1-4) et est encore donné au Corps du Christ à l’heure actuelle (Éphésiens 1:14,                         2 Corinthiens 1:22), mais bientôt, le Seigneur Jésus, notre grand Souverain Sacrificateur, accomplira cette garantie et rassemblera toute la moisson afin de ramener le corps pleinement glorifié au Père comme une offrande acceptable (Jean 14:1-3).

À l’époque du Signe d’Apocalypse 12, en septembre dernier, je pensais que la Fête des Trompettes (le 5ème jour de la fête de l’Éternel) était un verrou infaillible pour la Résurrection et l’Enlèvement de l’Église, et je sais que je n’étais pas le seul.  Il y avait de solides raisons de croire que les Trompettes étaient le temps de l’Enlèvement.

Ce sentiment redouté de confusion et de déséquilibre après la fin du mois de septembre, bien que désagréable, a conduit à des découvertes encore plus importantes pour les apprenants et les humbles chercheurs qui n’ont pas abandonné.  Certains étaient convaincus avant le Signe que la Pentecôte était la fête idéale pour la consommation de l’Église (je vous regarde, Greg Lauer !).  Et maintenant que je suis passé par cette étude dans Ésaïe, je penche de plus en plus vers la possibilité prometteuse de la Pentecôte.

Donc, ma prochaine question est : Quand, ou à quelle saison, le corps complet du Christ sera-t-il présenté devant l’Éternel comme une offrande acceptable ?

Eh bien, si le Seigneur continue d’opérer selon son propre calendrier des moissons, alors, nous devons jeter un coup d’oeil à quelques passages de la Torah qui se rapportent à l’offrande et à la présentation du premier-né.

Premièrement, Exode 23:14-17 :

« Trois fois par année, tu célébreras des fêtes en mon honneur.  Tu observeras la fête des pains sans levain ; Pendant sept jours, au temps fixé dans le mois des épis, tu mangeras des pains sans levain, comme je t’en ai donné d’ordre, car c’est dans ce mois que tu es sorti d’Égypte ; Et l’on ne se présentera point à vide devant ma face.   Tu observeras la fête de la moisson, des prémices de ton travail, de ce que tu auras semé dans les  champs : Et la fête de la récolte, à la fin de l’année, quand tu recueilleras des champs le fruit de ton travail.  Trois fois par année, tous les mâles se présenteront devant le Seigneur, l’Éternel.  Tu n’offriras point avec du pain levé le sang de la victime sacrifiée en mon honneur ; Et sa graisse ne sera point gardée pendant la nuit jusqu’au matin. »

Deuxièmement, pour souligner, Deutéronome 16:16 :

« Trois fois par année, tous les mâles d’entre vous se présenteront devant l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira : À la fête des pains sans levain, à la fête des semaines, et à la fête des tabernacles.  On ne paraîtra point devant l’Éternel les mains vides. »

J’ai choisi ce passage de Deutéronome, parce que c’est le seul que j’ai pu trouver qui traduit « mâle » comme il est littéralement écrit dans le texte (comme un nom singulier).  Le terme zakur [mâle] dans Exode 23:17 et Deutéronome 16:16 est très proche de zakar [mâle], le mot utilisé pour l’enfant-mâle d’Ésaïe 66:7 (voir Apocalypse 12:5).  Ainsi, la parenté entre zakur des passages précités de la Torah et de zakar d’Ésaïe 66:7 donne lieu à des possibilités excitantes.

Si le mâle doit comparaître devant le Seigneur trois fois par an (Pâque/Pains sans levain, Pentecôte et Tabernacles), cela aidera à réduire le délai.  Jésus, prémices d’une plus grande moisson à venir, s’est déjà présenté au temple de Dieu à Jérusalem lors de l’entrée triomphale (Jean 12:12-14).  Le prochain rendez-vous pour la présentation d’un homme serait la Pentecôte.

Et, puisqu’il n’y a actuellement aucun temple pleinement fonctionnel à Jérusalem sanctionné par Dieu, le mâle d’Ésaïe 66:7 (la première moisson) sera présenté à l’Éternel dans son temple dans les cieux (voir Ésaïe 26:20, Jean 14:1-3, Apocalypse 12:5).  En fait, selon Ésaïe 66:6, c’est du temple dans les cieux que la voix de l’Éternel donne le feu vert pour que le mâle soit livré et ramené à son trône.  Après la naissance complète de l’homme et son enlèvement rapide, Israël entre dans les Tribulations et porte le reste de ses enfants plus tard (voir Ésaïe 66:7-8).

La dernière fois que le mâle est présenté est à la Fête des Tabernacles, qui aura finalement lieu à la fin des Tribulations, quand le Christ et Son corps reviendront et régneront triomphalement de Jérusalem sur la terre.

Mais, attendez, il y a plus …

Jetez un œil à quelques versets décrivant la fête de la Pentecôte dans Lévitique 23:17, 20 et 22 :

« Vous apporterez de vos demeures deux pains, pour qu’ils soient agités de côté et d’autre ; Ils seront faits avec deux dixièmes de fleur de farine, et cuits avec du levain ; Ce sont les prémices de l’Éternel.Le sacrificateur agitera ces victimes de côté et d’autre devant l’Éternel, avec le pain des prémices et avec les deux agneaux : Elles seront consacrées à l’Éternel, et appartiendront au sacrificateurQuand vous ferez la moisson dans votre pays, tu laisseras un coin de ton champ sans le moissonner, et tu ne ramasseras pas ce qui reste à glaner.  Tu abandonneras cela au pauvre et à l’étranger.  Je suis l’Éternel, votre Dieu. »

Il a été bien documenté par d’autres que la Fête de la Pentecôte dépeint la fusion des Juifs et des Gentils en un seul corps (« deux pains » + « cuits avec du levain »). Nous savons d’après Actes 2 que l’Esprit a été donné à la Pentecôte, établissant la conception de l’Église, et a satisfait, au moins en partie, aux exigences de la 4ème fête.  Cependant, si la Pentecôte, en l’an 33, n’était qu’un accomplissement partiel, alors nous pourrions potentiellement être témoin de l’accomplissement total et de la « naissance » réelle de l’Église le jour même où l’acompte a été versé.

Dans la description de Lévitique donnée ci-dessus, le souverain sacrificateur doit présenter l’offrande du pain représentant un corps juif et païen et les moissonneurs ont reçu l’ordre de ne pas récolter tout le pays.  Les instructions spécifiques pour laisser le glanage à « l’indigent » et à « l’étranger » sont uniques à la Pentecôte.

Intéressant.  Maintenant, revenons à notre étude d’Ésaïe 17-18 et à l’histoire de la première moisson disparue.  Rappelez-vous que la Récolte précoce est récoltée et disparaît avant que les jugements dévastateurs des Tribulations ne s’ensuivent.  Seuls les glanages sont laissés au moment où la Récolte tardive arrive Ésaïe 17:4-6).  Cette description ne ressemble-t-elle pas à un scénario de Laissés Derrière ?

Cela en fait est un signe et un témoignage vraiment convaincants pour le monde: La naissance et la présentation de l’enfant mâle à la Pentecôte en même temps qu’un Israël endurci célèbre l’ancienne alliance donnée au Mont Sinaï :

« Vous ne vous êtes pas approchés d’une montagne qu’on pouvait toucher et qui était embrasée par le feu, ni de la nuée, ni des ténèbres, ni de la tempête, ni du retentissement de la trompette, ni du bruit des paroles, tel que ceux qui l’entendirent demandèrent qu’il ne leur en fût adressé aucune de plus, car ils ne supportaient pas cette déclaration : Si même une bête touche la montagne, elle sera lapidée.  Et ce spectacle était si terrible que Moïse dit : Je suis épouvanté et tout tremblant.  Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel. »    (Hébreux 12:18-24)

La Pentecôte pourrait être le jour où Hébreux 2:11-13 est totalement accompli :

« Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul.  C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères, lorsqu’il dit : J’annoncerai ton nom à mes frères, je te célébrerai au milieu de l’assemblée.  Et encore : Je me confierai en toi.  Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés. »

Oui, la Pentecôte pourrait être le jour où notre Grand Souverain Sacrificateur retourne au Père, non pas les mains vides (Deutéronome 16:16), mais, avec la récolte hâtive en remorque.  Au milieu de l’assemblée, l’Église nouvellement glorifiée, Il dira : « Me voici avec les enfants que Dieu m’a donnés ».  Et après, nous Lui chanterons une nouvelle chanson :

« Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point ; Voici le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.  Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé …… Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; Car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; Tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. »     (Apocalypse 5:5-6, 9-10)

Alléluia, amen !  Viens, Seigneur Jésus !

Will you help us introduce the Jewish People to their Messiah?
 
"Always be prepared to articulate a defense to everyone who asks you to give the reason for the hope that you have.  But respond with gentleness and respect."  (1 Peter 3:15)
 

yes but yeshua does not have financial means, he has the means of God, the water, the air, the fire, the Thunder.:.

to eliminate the illuminati and their New World Order projects, to put theirs in the place of the representatives of Satan on Earth.
Israel’s national anthem HaTikvah was performed on Mount Herzl at the 70th anniversary ceremony of Israel’s independence, April 18, 2018.  (YouTube capture)
“For I will take you out of the nations; I will gather you from all the countries and bring you back into your own land.”  (Ezekiel 36:24)
Shalom to you,
When Israel's first Prime Minister, David Ben-Gurion made the declaration of Israel’s independence on May 14, 1948, none of the dignitaries surrounding him in what is now Independence Hall, Tel Aviv, could sing a word of Israel’s national anthem — HaTikvah.  It wasn’t that they did not know the words, but just that every person in the room could only cry.
 
HaTikvah, הַתִּקְוָה, means literally The Hope.
 
Israel’s anthem is a declaration of faith as well as a prayer.
It speaks of the continuity of Jewish life throughout the Diaspora (years of scattering throughout the nations) and the determination of a persecuted people to rebuild their homeland from Nothing.

 

Jewish man prays as he overlooks the Temple Mount where the First and

Second Temples once stood.

HaTikvah was officially adopted as Israel's anthem in 2004, but it had been sung unofficially for nearly 100 years prior by Jews around the world.
The lyrics are brief but poignant:
 
As long as within the heart
Kol od ba’le-vav p’nimah — כל עוד בלבב פנימה
 
The Jewish soul sings,
Nefesh Yehudi homiyah — נפש יהודי הומיה
 
And onward, to the East
Ulfa’atey mizrach kadimah —  ולפאתי מזרח קדימה
 
To Zion, looks the eye –
Ayin l’Tzion tzofiyah —  עין לציון צופיה
 
Our Hope is not yet lost,
Od lo avdah Tikvateynu —  עוד לא אבדה תקותנו
 
The Hope that is two thousand years old:
HaTikvah bat sh-not alpayim — התקוה בת שנות אלפים
 
To be a free people in our land
L’hiyot am chofshi b’artzenu — להיות עם חופשי בארצנו
 
The land of Zion and Jerusalem.
Eretz Tzion v’Yerushalayim — ארץ ציון וירושלים
 
Unlike most other national anthems, which usually have a more upbeat tune, HaTikvah is in a minor key.  This perhaps contributes to the emotive, reflective nature of the Israeli anthem, which lends itself to being sung on both national days of mourning and at soccer (football) matches.
When the Jewish holocaust survivors, for example, crammed like sardines onto the rough, unseaworthy vessels that attempted to reach the shores of British Palestine (Israel) in the face of the British naval blockade, the survivors would be singing HaTikvah when the old boats finally approached the shores of their ancient promised land.

 

In 1945, a ship called Unafraid transported Holocaust survivors from Buchenwald

concentration camp onward toward Israel, only to be told they would be arrested on
arrival.  The passengers raised the flag and sang HaTikvah as they approached shore.
(YouTube capture)

The two stanzas of HaTikvah were adapted from the nine-stanza poem, Tikva-Teynu (Our Hope), written in 1877 by the young poet Naphtali Herz Imber (1856–1909) from the Kingdom of Galicia, today’s Ukraine.
 
The poem was subsequently adopted as an anthem by the Hovevei Zion (Lovers of Zion) movement, and later by the Zionist Movement at the First Zionist Congress hosted in Basel Switzerland in 1897.
In 2004, the Knesset (Israeli Parliament) officially declared the abbreviated version as the official anthem of Israel, incorporating only the first stanza and chorus from Imber’s poem.

 

Naftali Herz Imber (1856–1909) wrote the nine-stanza poem

Tikva-Teynu (Our Hope) at age 21 after the establishment of
the early Jewish settlement Petah Tikva (Gateway to Hope).
A prodigy, Imber began writing poetry at the age of 10, and
later received an award from Emperor Franz Joseph

The Lyrics of Hope
 
Written in the language of the Bible, and including many Biblical themes, HaTikvah also has the extra authority for Jewish people worldwide of being rooted in the holy Hebrew language, with each word of each stanza strategically placed.
 
Let’s consider a few of these words here:
 
“Our Hope—Tikvah is not yet lost.”
 
The word tikvah looks ahead to better times, with faith that the dream to return to Zion will eventually be fulfilled, even though many have died in the fight to be “a free people in our land.”
 
The saying, Tovah tikvah mi chaiym (Hope is better than life) is found in the early Zionist work, The Love of Zion, by Avraham Mapu, 1853.

 

The Jewish settlement of Petah Tikvah (Gateway to Hope) was founded in 1878.

It is located seven miles east of Tel Aviv with over 230,000 residents today.
(YouTube capture)

“And onward—kadimah, to the east, to Zion looks the eye.”
 
Today, kadimah is yelled in soccer matches for "Lets go!" and by military commanders as in "Forward March!"
 
When Imber wrote his poem, however, kadimah was used in a milder forward-looking sense: onward toward Jerusalem. 
 
After the liberation of the death camps in 1945, the Jewish people decided to move forward from death and destruction, not remaining as victims; therefore, Kadimah also has to do with the faithfulness of Israel’s One True God. 
 
He does not leave His people in exile or in trouble.  He hears their cries and fulfills every one of His covenant promises.
 
Kadimah is from the word kedem, meaning as of old, as found in Lamentations 5:21:  “Renew our days as of old (כְּקֶֽדֶם – k’kedem).”
 
From the same root we also have the word kadmah referring, as does the national anthem, to the East side, from Genesis 13:14:
 
“The Lord said to Abram, after Lot had separated from him, ‘Raise your eyes now, and look from the place where you are, northward and southward and eastward (קֵ֥דְמָה – kadmah) and westward; for all the land that you see I will give to you and to your offspring forever.’”
 

A view of the Judean hills from Mount Herodium south of Jerusalem.
 
“As long as within the heart—ba’levav the Jewish soul sings”
 
Another tiny word in the anthem which seems insignificant is ba-levav.  It is translated here as in the heart, but it actually means in the deepest place of the heart.
 
It is the same word used in the Bible for the most common of all Jewish prayers: the Shema, also quoted by Yeshua (Jesus) in the Brit Chadashah (New Testament):
 
“Hear O Israel, the LORD your God, the LORD is one. And you shall love the LORD your God with all your heart (לְבָבְךָ֥ – levav-cha), with all your soul and with all your might.”  (Deuteronomy 6:4–5)
 
The Jewish soul yearns as though it is missing something.  That same yearning is expressed in Psalm 42:5,11:  “Why are you cast down, O my soul, and why are you in turmoil within me?”
 
Thankfully the psalmist continues:  “Hope in God; for I shall again praise Him, my Salvation [Yeshua] and my God.”
 

 

Prayer at the Western (Wailing) Wall in the late 19th century (Photo by Felix

Bonfils, Israel National Archives)


And help us complete this English-Hebrew Bible to bring in a harvest of Jewish souls, as they about Yeshua (Jesus) fulfilling the prophecies.
 
“As long as—kol od within our hearts, the Jewish soul sings”
 
The little word od, by itself, has the meaning of again as in od ve od, again and again.
 
In other words, during all manner of seasons, for as long as there is breath in the lungs of the Jewish people, their hearts, voices, and synagogues have always pointed east (mizrach) toward the Temple Mount in Jerusalem, in prayer and expectation.
 
This is a unity uniquely expressed within the anthem.
 
Just like the determination to not give up concerning the coming of Messiah, od speaks of the unique faith of this people, God’s people.
 
This of course arouses so many destructive actions throughout history, including jealousy, envy and hatred.  The British Mandate government briefly banned the anthem’s performance in 1919 due to Arab anti-Zionist political activity.
 
In 1944, Czech Jews spontaneously sang HaTikvah at the entry to the Auschwitz-Birkenau gas chamber and, as reported by a member of the Sonderkommando, were beaten by SS guards.
 
In a BBC recording (April 20, 1945) Jewish survivors of the Bergen-Belsen concentration camps in Germany sang HaTikvah five days after liberation, during their first synagogue Shabbat service in several years.
 

 

Women survivors of Bergen-Belsen concentration camps.
“Our Hope is not yet lost—Od lo avdah tikvateynu”
 
What is this hope that has not yet left?
 
In the original poem by Imber, Israel’s hope is simply the "ancient" hope.  However, the final lyrics of HaTikvah speak of “two thousand years” of hope.
 
This huge time span evokes centuries of Jewish survival, keeping themselves a distinct yet scattered people who are finally realizing their hopes come to fruition as millions regather into the land of Zion once again.
 
But—could there be an even more distinct hope?
 
Is there a Hope with a capital H?
 
Could this Hope be something that appears as a visible manifestation of God on earth, like an Angel of the LORD (YHVH) or a pillar of fire by night in the midst of the ancient Israelites?

 

Yeshua and Mary, by William Hole (1846–1917)
 
More than two thousand years ago, someone brought great hope to the world.
 
This Hope did not come to us as a Gentile baby or a Christian god.

Tikvateynu (Our Hope) was born just over 2,000 years ago to a Jewish Israeli family from the line of King David.
 
“For to us a child is born, to us a son is given, and the government will be on His shoulders.  And He will be called Wonderful Counselor, Mighty God, Everlasting Father, Prince of Peace.”  (Isaiah 9:6)
 
Truly, this Hope has come to the Jewish People, and He has not abandoned them (Romans 11:1).
 

 

HaTikvah is a periodic prayer of hope for “a free nation in our land, the land of Zion and Jerusalem.”
 
However, Jewish people throughout the world pray daily for their hope of a speedy arrival of Messiah:
 
“Bring speedily the offspring of Your servant David, and let Him be exalted by Your saving power, for we wait all day long for Your salvation.  Blessed are You, Oh Lord, who causes Salvation to flourish.” (15th blessing of the Amidah, Standing Prayer)
 
They are longing for their Messiah, but why?
 
As a result of 2,000 years of Christianity, the Jewish people do not view Jesus as the Jewish Messiah, but as a Christian pagan god.  They also see that in some denominations, this "god" has followers who worship statues of Mary, thousands of saints, and icons.
 
Our Messianic Prophecy Bible is different; it is being produced by a team of Messianic / Christian Ph.D. scholars as well as Orthodox Jewish Rabbis.  The commentary and notes they produce will explore through the centuries the various viewpoints of the prophecies about the identity and role of the Messiah — this has never been done before!
 
Will you help us introduce the Jewish People to their Messiah?
 
"Always be prepared to articulate a defense to everyone who asks you to give the reason for the hope that you have.  But respond with gentleness and respect."  (1 Peter 3:15)